vlcsnap-error306

vlcsnap-error765

Ah quelle bande de blagueurs, ces bons Anglais, et si coincés quant à la question du/des SEXE(S)... On est ici face au pire scandale de l'histoire de l'Angleterre : le petit bahut de Nutbourne (la folie est déjà dans le nom), école pour les garçons où n'enseignent que des hommes, doit faire face à une nouvelle terrible ; il se doit en effet d'accueillir une centaine de jeunes filles en fleur et leurs professeures !!! Panique à bord (mélanger des jeunes garçons et des jeunes filles étant de loin ce qu'il y a de pire dans le pays, juste après un thé froid). Confrontation, bien sûr, entre principal guindé (et misogyne) et principale guindée et peu encline aux activités pratiqués par le sexe mâle. Oh oh, ça se frite à tous les étages entre nos deux responsables qui défendent leur galette et leur position comme deux lions, les autres professeurs n'étant pas en reste pour se la jouer un tantinet shocked (seul le prof de sport se frotte les mains en mâtant les donzelles de 17 ans (peine de mort aujourd'hui) et le prof d'anglais qui aime à conter fleurette à son homologue féminin). Cerise sur le gâteau, chacun des deux établissements doit accueillir une délégation (les parents d'élèves pour l'école des filles et un panel de responsables d'une haute école dans laquelle a postulé le principal de l'école de garçons), une double visite, donc, de la plus haute importance ! Bien sûr, pas question de montrer qu'il y a partage des locaux, cela ne pourrait qu'effrayer et parents et dignitaires - comme les deux visites ont lieu le même jour et à la même heure, on se doute que la dernière demi-heure du film sera, forcément, un brin agitée...

vlcsnap-error264

Petite galerie de personnages croustillants (les hommes, relativement fumistes dans l'ensemble, les femmes un peu godiches et serrées des fesses) avec deux principaux qui vont s'en donner à cœur joie pour s'envoyer des vannes et montrer son dédain envers l'autre (Alastair Sim, parfait en directeur pointilleux et obséquieux ; Margaret Rutherford, impeccable en directrice autoritaire qui ne se laisse pas marcher sur les pieds : chaque confrontation sent la poudre et provoque des étincelles). Ça fuse au niveau des dialogues (rythme super élevé dans l'enchaînement des répliques : l'Anglais a le sens de la répartie (verbeuse)), ça joue de haussements de sourcils vers le ciel et la mauvaise foi est forcément de mise (chacun tentant de défendre bec et ongle son territoire) ; on voit finalement assez peu les gamins à l'œuvre, ces derniers se permettant tout de même dès leur première rencontre une belle bagarre d'oreillers vigoesque. Dans la dernière partie, on est plus dans le côté burlesque avec ces deux principaux qui signent un pacte de non-agression et qui font tout pour que les deux visites concomitantes se passent pour le mieux, en cachant tour à tour les donzelles puis les gamins - il y aura forcément des couacs... On sourit devant ces hommes et ces femmes tour à tour offusqués (on se demande d'ailleurs parfois comment les Anglais arrivent à se reproduire tant les deux sexes prennent un malin plaisir à se dénigrer - je dis ça, hein... bref) et devant cet énorme déploiement d'énergie non pas pour éduquer les enfants mais pour donner le change lors des visites (là on est bien dans le même état d'esprit que dans l'Education Nationale...). On reste malheureusement un peu trop dans le gag de répétition (les piques lancées, la façon d'endormir les visiteurs pour tout arranger dans leur dos) : certes, les paroles partent dans tous les sens et cela donne une indéniable dynamique à la chose, mais on aurait aimé des boutades un peu plus vachardes et des situations un peu plus "osées", notamment entre collégiens (trop sacrifiés sur le coup : ils jouent les simples figurants "en groupe"). Plaisant, parfois trépidant mais pas non plus hilarant (merci en tout cas à notre lecteur pour m'avoir suggéré la vision de la chose que je ne connaissais point).

vlcsnap-error061

vlcsnap-error993