9782072791673,0-4982657Deuxième livre de Bello que je lis, et j'aime définitivement bien cette écriture modeste, cet esprit tout en discrétion qui pousse le sieur à écrire sans forcément viser le chef-d'oeuvre inoubliable, mais en faisant toujours attention à ce qu'il écrit et en donnant le plus de plaisir possible avec les moyens qu'il a. Le gars arrive en tout cas à trousser des scénarios solides autour de la triste condition humaine, et à insuffler un agréable suspense aux rouages du cerveau. Cette fois, il invente un personnage délicieux, Scherbius, sorte d'ersatz de ces diablotins monstrueux de la littérature russe (Boulgakov et Dostoievski), de la sophistications des diables allemands (Thomas Mann) et d'une tradition bien française (Arsène Lupin) : Scherbius est un entubeur, un escroc magnifique capable de toutes les entourloupes pour gagner quelques sous ou simplement pour la gloire d'avoir réussi un grand coup. Le type est capable de se faire passer pour l'entraîneur de l'équipe de la coupe du monde de foot féminine, pour un espion de la DGSE, pour un écrivain à la mode, pour un moine, enfin tout ce qui peut lui passer par la tête. Sorte de génie de la mémoire et de la manipulation, il mêle à ses entubes les références littéraires et un culot sidérant, tout en y ajoutant un curieux mélange de méchanceté, de vénalité et d'orgueil démesuré. Sur "le coup de trop", il se retrouve devant un psy, Maxime le Verrier, qui va faire de ce phénomène son principal cobaye, et le vecteur de son succès littéraire : au gré des transformations et des nouvelles escroqueries de Scherbius, ce psy en mal de reconnaissance (vrai beau personnage également) va livrer pas moins de 6 éditions contradictoires de son best-seller, "Scherbius", avant de se rendre compte d'une évidence : ce livre est avant tout un livre sur lui-même et sur les relations ambiguës avec son patient.

Voilà un roman parfaitement rythmé, qui fait alterner les grands moments (ceux où Scherbius exerce ses talents de magicien du verbe et de l'enfumage) et les interrogations torturées de De Verrier sur le type. Peu à peu, Scherbius gagne de l'emprise sur le docteur, devient une sorte d'ange noir, interfère sur sa vie privée et sur son écriture, met son point d'honneur à contredire ce que le psy pense avoir découvert sur lui. Cette relation tout en paradoxes et en ambiguïtés est superbement rendue par une plume drôle et effrayée à la fois, comme si on se trouvait en face d'un monstre incontrôlable et en même temps d'un farceur innocent. Le livre en dit autant sur Scherbius que sur le psy, et finit même par être tressé de la seule relation entre les deux, l'un devenant indissociable de l'autre. C'est cette amitié, finalement, faite de rivalités, de haines, de tensions et en même temps d'admiration, qui fait toute la saveur de Scherbius (et moi). Bello parvient à rendre passionnantes les conjectures scientifiques de De Verrier, à rendre fun les concepts de "personnalités multiples" et d'hypnose : il le fait en s'appuyant sur des personnages vraiment romanesques, dans le sens classique du terme, et en dosant à merveille l'équilibre entre dialogues et descriptions, entre "récréation" et théories. Le livre s'avale d'un trait, avec un plaisir raffiné et un sens du suspense indéniable. Un joli roman qui ne se la pète pas, Bello est décidément un auteur attachant.