9782265117808,0-4986579Putain que c'est mauvais... Je vais hurler avec les loups ce coup-ci, et clamer avec tous les critiques que voilà assurément un des pires objets que vous puissiez trouver en librairie en ce moment. J'ai voulu tenter Thilliez (dont j'avais déjà, je m'en suis souvenu après, peu goûté le nazouille Vertige, rappelez-le moi la prochaine fois), vous me retrouvez consterné devant l'indigence de cette écriture d'adolescent, cette tramette prétentieuse et incohérente et cet univers archi-vu. Même si vous ne cherchiez qu'un livre de plage facile, vous ne pouvez qu'être épaté : l'intrigue policière de ce thriller recycle sans vergogne tout ce que le genre a pu inventer depuis 20 ans, voire même avant. Les serial-killers qui se tirent la bourre, l'adolescente disparue qui refait surface, la "chose" faite de bouts de cadavres cousus ensemble, le meurtrier emprisonné glacial et inquiétant, l'amnésique douteux, et même, comble du comble, l'arrivée dans le dernier chapitre, à l'arrache, parce qu'il faut bien tenter de faire tenir ensemble ces 243 bouts d'intrigues vaguement cousues les unes aux autres, l'arrivée de la fatidique et facile résolution à bon compte : le frère jumeau, celui qui parvient à expliquer les problèmes d'ADN, de ressemblance et d'emploi du temps insolubles. Oui, je spolie, mais c'est pour vous éviter de dépenser 21,90 euros (21,90 euros !!!!) pour cette merdasse qui plagie allègrement tout ce que le cinéma et la littérature ont patiemment imaginé pour vous faire peur. Mais en recyclant tout ça, en voulant tout mettre dans son texte, en cherchant la surenchère à tout prix en faisant cette compil improbable, Thilliez rend la chose illisible, incohérente, jamais crédible. C'est comme vouloir coller ensemble un plan du Silence des Agneaux et un paragraphe de Herbert Lieberman : la greffe ne prend pas. La trame du Manuscrit inachevé n'est ainsi jamais cohérente, faite de bouts de trucs qui ont marché collés ensemble. Pour justifier ce désastre, le gars invente une improbable histoire de livre inachevé par son auteur et terminé par son fils, ça fait passer le coup du jumeau : mais cette idée s'avère totalement inutile et absurde dans le contexte.

C'est surtout que le truc, en plus d'être pauvrissime dans son scénario, est écrit avec le pied gauche. On l'a dit, mais je confirme, et je ne pensais même pas qu'on puisse être doté d'un tel manque flagrant de talent. On dirait la chose écrite par un simple d'esprit, un mec un peu neuneu qui remplit des lignes en tirant la langue. On est atterré par l'indigence de ces phrases, dans le meilleur des cas remplies de clichés et de formules toutes faites, dans le pire d'un simplisme total, exsangues au niveau du rythme, moches à hurler. Les descriptions sortent tout droit d'un Club des Cinq, les dialogues d'une conversation par SMS, les rapports humains d'un Harlequin épuisé. La lecture du Manuscrit inachevé est pénible, un peu comme une craie sur un tableau noir, et rassure finalement sur la littérature contemporaine : même quand on lira désormais une petite merde, on se dira qu'il existe des Franck Thilliez, et qu'on peut faire pire.