vlcsnap-error625

vlcsnap-error787

vlcsnap-error849

Eh oui, aussitôt dit, aussitôt fait : j'avais promis (en avril 2017 !) de voir rapidement le remake de L'Amour en première Page et voilà ! (le temps file où c'est moi qui regarde les étoiles ?). Robert B. Sinclair, moins connu que Bob mais guère plus doué, nous gratifie donc de cette mouture 11 ans après celle de l'excellent Tay Garnett avec toujours le gars Tyrone Power et la sublime (vous aurez droit à tous ces films, j'en fais la promesse solennelle, même les plus pourris) Gene Tierney. Autant le dire tout de suite, c'est très léger sur la forme et un peu lourd sur le fond. D'une part exit les seconds rôles de poids de Tay. Ici, on sent que Sinclair cherche à se concentrer sur ses deux stars (on pourrait relever la présence de la mimi Arleen Whelan mais elle n'a rien à jouer, simple faire-valoir de Tyrone) et franchement... cela manque cruellement de peps, de liant, d'explosion... Les dialogues s'enchaînent de façon beaucoup plus trainante et les bons mots tombent souvent à plat. Ajoutez à cela des transparences souvent hideuses, une mise en scène plate et vous aurez une idée de notre évidente déception face à cet écrin de comédie pour la gemme Gene.

vlcsnap-error979

vlcsnap-error639

On a beau, à chaque plan avec notre idole, tenter de chercher des motifs de satisfaction devant ce visage si doux et ces yeux si mauves, rien y fait ; même son petit sourire semble parfois tristement contrit... Au détour d'un jeu avec les ombres (la scène dans la voiture ou celle dans la prison), on retrouve chez elle cette beauté que l'on chérit tant mais cela reste affreusement fugace. On pourrait trouver, en scrutant certains plans, des idées mignonnettes (photogrammes ci-dessus : Tyrone + Gene = flamme (mais est-ce réellement fait exprès ?) ou cet autre plan travaillé avec le visage de Gene en reflet dans un miroir - un encadrement lauraesque) mais avouons que c'est vraiment pour chercher la petite bête... D'autant que si on en arrive à se pencher autant sur le décor, c'est bien parce qu'on est que trop rarement pris dans le flux de cette screwball comédie où on a comme perdu le ball... Même la séquence incontournable dans la prison où nos deux ex-futurs-amants se font face peine à nous rendre le sourire : Gene se fait mordante, Tyrone se révèle salement revanchard (le manteau avec les puces, microscopique idée) mais cela n'élève que peu le débat et notre engouement pour l'œuvre. Une comédie bien sage, où nos stars ne brillent que peu et guère mise en valeur par les seconds couteaux et les trouvailles miseenscéniques de Sinclair. Bref, toujours privilégié l'original, je m'en vois fort marri pour Tierney...

vlcsnap-error431

vlcsnap-error688