vlcsnap-error602

Petite séance de rattrapage des films du gars Robert qui nous emmène cette fois-ci dans l'Histoire de l'Arménie, du génocide aux actions de représailles menées dans les années 20 et les années 70 contre les intérêts turcs. Seulement notre Robert, plutôt que de faire une fresque à la Autant en emporte le Vent (genre, comme s'il en avait en plus les moyens), préfère se concentrer sur deux personnages : un exécutant des attentats et l'une de ses victimes collatérales, une personne sans lien aucun avec les Turcs. Pendant que l'un continue son entraînement à Beyrouth tout en se questionnant sur le type d'action à mettre en place (contrairement à la ligne pure et dure du chef qui voudrait avant tout frapper les esprits quitte à tuer des innocents, il ne voudrait viser que les responsables turcs), l'autre entreprend un long travail d'apprentissage sur la cause arménienne, rencontre les parents de son bourreau et entrevoit même de provoquer une rencontre avec lui...

vlcsnap-error063

Sur ce canevas "intime" qui permet de cerner au mieux aussi bien la motivation de cette jeunesse arménienne engagée que la réception de leur message, Guédiguian livre un film, comme à son habitude, à hauteur d'hommes où l'on prend précisément conscience des intérêts et des attentes de chacun. Ce fils arménien rebelle se dresse contre un père qui a tout fait pour "s'intégrer" à la France, faisant la fierté de sa grand-mère nostalgique qui tombe progressivement dans la sénilité (métaphore certaine), et fracassant sa mère qui chaque seconde a peur d'apprendre la mort de son fils... Le personnage de la victime interprété avec beaucoup de tenue par Grégoire Leprince-Ringuet va permettre de faire le lien au sein de cette famille éclatée, de faciliter en un sens le rapprochement... tout en permettant à chacun (le spectateur compris) de se confronter à de multiples questions complexes : agir ou ne pas agir, tuer ou ne pas tuer (des innocents), autant de questions sartriennes et existentielles, n’est-il pas ?... On apprécie chez notre Robert cette façon de nous exposer cette tranche d'Histoire de façon gentiment didactique (tout du moins au départ) sans jamais nous ennuyer ; sa capacité ensuite à donner de la densité, du relief à chacun de ses personnages fait le reste et même si on ne vibre pas à chaque séquence, son petit puzzle historico-familio-empathique se met sobrement en place. On évoque un point historique de grande importance non pas "par le petit bout de la lorgnette" mais au contraire par le biais d'êtres humains complexes capables de nous faire toucher du doigt à la fois l'essentiel et toutes les subtilités de cet engagement arménien qui se rapproche du « devoir de mémoire ». Un film soigné, maitrisé, joliment "dirigé" pour nous permettre une entrée "humaine" dans une tuerie à grande échelle - un génocide, oui je connais le mot - (forcément) inhumaine.

vlcsnap-error287