vlcsnap-error859

Alors que nous approchons dignement de la célébration des cinquante ans de Mai 68 (En marche, bordel ! Ah ben non, y'a plus de pavés), voilà que ressort d'un vieux tiroir cette petite chose de 6 minutes de l'ami Garrel. Des images prises sur le vif de ce fameux mois de Mai (une manif qui a mal fini, il faut savoir transmettre l'histoire aux jeunes) avec en fond sonore une femme et un homme qui anonnent des slogans, des formulations qui foutent les pétoches ("Ce qui vient au monde pour ne rien changer ne mérite ni égard, ni patience" - voilà, tremble bourgeois !) ou évoque certains faits pas réglo pas réglo commis par les forces de l'ordre (CRS enculés ! Ah ben non ça rime pas) : des grenades pas aux normes et vachement nocives, des matraquages de blessés sortant de l'hôpital (le flic est fourbe quand même), ou encore des personnes entassées dans des cellules à l'hôpital (ils sont devenus fous...). Bref, autant dire que cela ne respire pas la gaieté et que le ton est encore plus sérieux qu'un journal d'Yves Mourousi (Garrel, c'est pas le roi de la déconne quand même). Une petite piqûre de rappel donc pour ne pas oublier que la jeunesse ben c'est fait pour bouger et pour changer le monde (Cohn-Bendit s'en marre encore). Donc décroche de ton putain de smartphone, toi, le jeune, regarde ce pensum d'un autre temps et sors dans la rue pour balancer le premier truc qui te tombe sous la main contre un homme casqué (ne le blesse pas quand même sinon tu vas avoir des problèmes). Si les quelques millions de jeunes qui lisent cet article passent à l'acte, je vous jure que ça va péter. Une petite gâterie de Garrel qui serre son petit poing bien fort et qui le lève bien haut. Engagé, l'artiste.

vlcsnap-error899

Garrel saoule ou dessaoule, là