vlcsnap-error248

vlcsnap-error176

Un petit film noir au scénario intéressant mais à la réalisation beaucoup trop plate et fainéante. Pat Jackson pour son premier film bénéficie pourtant de la présence de Zachary Scott : notre homme est de retour chez lui pour être accueilli comme un Dieu par sa petite fille (visage lisse d'usage) et pour découvrir que sa femme (Gigi Perreau, jolie et fade) le trompe avec son beauf. Dès le premier soir, il la confronte, tenant (par hasard... il vidait sa valise) un gun dans la main. Il s'approche d'elle et se prend... un coup de miroir (symbole de la duplicité de sa douce, ok). Gasp. Zachary est K.O. Se pointe alors la soeur de Gigi (la blonde vaporeuse Ann Sothern) qui est également toute colère : sa sœur a toujours été d’une jalousie infinie. Elle a ramassé le gun... et s'en sert. Pan, en plein dans le mille. La bougresse ne panique point et se barre en balançant le gun à terre... Tout devrait forcément accuser Scott, le crime parfait en quelque sorte... Sauf qu'il y avait un témoin inattendu, la chtite fille, qui a vu l'ombre d'Ann s'enfuir. Petit problème, sous le choc, elle est totalement amnésique et ne peut empêcher son père d'être condamné à mort… Voyez le suspense.

vlcsnap-error511

vlcsnap-error874

Jeu de miroir, jeux d'ombres, amnésie, analyse psychiatrique (la chtite est suivie par une psy, la future Nancy Reagan (eh ouais, herself)), on est bien dans le film noir de base même si ces piste ne sont finalement que trop superficiellement exploitées... On voit également venir de très très loin le final (of course) mais on suit malgré tout avec un certain intérêt l'évolution du personnage d'Ann Sothern. Quand elle se rend compte que la chtite pourrait soudainement recouvrer la mémoire, elle décide tout bonnement de l'éliminer : poison, noyade, on n'est pas forcément dans le très politiquement correct... Malheureusement, Jackson a bien du mal à être à la hauteur de la perversité de son personnage ; il fait tout pour ne pas trop effrayer son spectateur (gentille scène avec les deux bambins autour du chocolat chaud empoisonné (petite tension, mouais) ; quant à la scène de noyade dans le bain, elle est laissée hors-champ) et pour que la petite fille ne paraisse jamais trop traumatisée (elle pousse certes deux jolis cris au long du film, fait des rêves un peu chelou mais le délire s'arrête là : l'ambiance du film reste bien familiale). Après une entrée en matière plutôt prometteuse, Pat se contente de tout filmer sans grand relief et inventivité ; Scott est remisé en prison et disparaît quasiment de l'histoire (trop dommage) et la Ann Sothern ne paraît point avoir le charisme suffisant pour vraiment endosser ce rôle de vraie teigne. Le final programmé arrive et l'on quitte cette gentille petite série B avec un brin de regret : dans les mains d'un maître, il y avait franchement matière à nous faire un peu plus trembler.

vlcsnap-error512

vlcsnap-error174

Noir c'est noir