frankenhooker_1

Pas assez nazouille pour être un vrai nanar, trop second degré pour être un navet, trop fauché pour être un bon film fantastique, trop con pour servir à quoi que ce soit, Frankenhooker est juste raté. En plein dans la mode des comédies horrifiques des années 80, Henenlotter trousse une farce macabre bourrée de références. Notamment à La Fiancée de Frankenstein, matrice avouée de ce machin qui montre un jeune scientifique voulant ressusciter sa fiancée (éparpillée façon puzzle sous une tondeuse à gazon télécommandée) et réunissant pour ce faire des tas de prostiputes pour en prélever ici une jambe galbée, ici un sein volumineux, là un bras bien dessiné. Les deux premiers tiers, longuets, montrent donc le mariole sillonner les bas-fonds de la ville à la recherche du Graal, puis se livrer à une fête priapique avec la gente féminine tarifée. Il les dope avec un crack de son invention qui les fait exploser, puis les reconstitue pour fabriquer une femme parfaite. Mais celle-ci s'avèrera bien branquignole (c'est le dernier tiers, plus fun), et sèmera à son tour chaos et viscères sur son passage. Voilà pour le riche scénario. Plutôt que de s'arrêter à celui-ci, on relèvera avec bienveillance les déclarations d'amour aux film d'épouvante grand crin, toute la panoplie gothique et ricanante des Corman, Ulmer, Freund et autres Whale ayant ses petites références énamourées. Ça ne suffit malheureusement pas à rendre la chose passionnante. Le film n'est vraiment pas drôle, mis à part cette scène d'ouverture décalée où le gars traficote des cerveaux sur la table de la cuisine devant maman toute attendrie. Les élucubrations de Patty Mullen en créature maléfique sont terriblement pataudes, et ne seraient les effets spéciaux parfois amusants (notamment les espèces d'êtres mutants sexués qui sortent du congélo à la fin), on s'endormirait paisiblement. Henenlotter n'arrive jamais à trouver le charme 80's de ce genre de production, et hésite trop entre démembrements visqueux et rigolade potache pour vraiment convaincre. A côté.

franken