9782253086680,0-4130871Un polar français à l'ancienne, sur les traces d'un Chabrol ou d'un Simenon, c'est ce que nous offre sans surprise Jacques Expert, avec cette petite histoire manquant cruellement d'ampleur, d'écriture et d'ambition. Je n'ai rien contre les polars dont on devine l'issue dès les premières pages, mais alors il y faut une écriture, une manière de vous mener par le bout du nez jusqu'à la fin, qui fait ici cruellement défaut : une fois que Expert a posé son postulat de départ (une fillette a été enlevée sous les yeux de sa mère, et elle a passé plus de 20 ans à la rechercher), il ne fait que meubler mollement en attendant le coup final, très attendu si vous avez lu plus de deux ou trois thrillers dans votre vie. Sophie, la mère, croise par hasard dans la rue celle qu'elle croit être son Hortense, 25 ans plus tard, et en fait son obsession : la récupérer et faire payer son ravisseur, qui n'est autre que son ex-compagnon. Commence alors la morne répétition des mêmes scènes un peu inutiles, où l'approche se fait doucement, pleines de dialogues péniblement inutiles et de non-situations fatigantes. Expert en sait plus long que nous, et nous fait patienter en attendant de nous épater. D'où la pénible sensation d'être pris pour des grelots, d'avoir toujours un train de retard sur la roublardise facile de l'auteur. On s'ennuie sévère à suivre les patientes approches de Sophie pour reconquérir sa fille, dans un roman que n'importe quel écrivain rompu à l'exercice aurait exécuté en un petit chapitre d'introduction. A intervalles réguliers, Expert, histoire de nous rappeler qu'on est dans un polar palpitant, écrit un petit rapport d'enquête, où chaque personnage livre un témoignage sans intérêt, conclu systématiquement par "Si j'avais su le drame qui allait se jouer, je serais intervenu". Facile, Jacquot, facile. Comme le gusse n'est pas un adepte non plus de la psychologie, son personnage principal est dressé à grands traits, mère inconsolable sans nuance, mû par des motivations attendues et schématiques. Bref, pas grand-chose à sauver dans ce polar de série, à part peut-être un coup de théâtre assez habile concernant un des personnages-clé de la chose. Je me suis souvenu à la fin du bazar que j'avais déjà lu un bouquin de Jacques Expert, qui m'avait laissé tout aussi chafouin, ça m'apprendra à lire Shangols.