vlcsnap-error071

Sympathique petite variation marivaudienne qui permet de voir en action Gary Cooper et ses yeux perçants, la brune et pétillante Clara Bow et la douce blonde Esther Ralston. Il sera question de divorce, d'élévation sociale et bien sûr d'amour dans cette œuvre, sympathique disais-je mais au final un brin tragique... Le film s'ouvre avec l'enfance de notre trio (toujours une partie attachante), Clara et Esther faisant connaissance dans une école parisienne suite au divorce de leurs parents américains : c'est là qu'elles recroisent le turbulent Gary - que Clara connaissait depuis les States - qui s'est échappé lors d'un pique-nique familial et s'est introduit dans la pension en gravissant le mur. On s'observe, on minaude et on se fait déjà des promesses de mariage (le Gary et l'Esther) ; un destin déjà tout tracé entre ces deux richissimes héritiers ?... pas si sûr. Pour la faire courte, Clara, adulte, croisera la route d'un certain Vico (héritier désargenté) alors qu'Esther retombera dans les bras de Gary... Seulement voilà, ce dernier, après une nuit un peu trop arrosée, se retrouve mariée avec Clara (qui a sauté sur l'occasion pour monter socialement en grade) et le Gary, opposé tout comme Esther au divorce, décide (à contre-coeur) d'assumer cet écart. Ils auront un enfant mais le destin n'a pas encore dit son dernier mot...

vlcsnap-error123

vlcsnap-error832

Dans cette très belle version restaurée, on apprécie tout particulièrement ces amants qui se jettent dans les bras l'un de l'autre, hésitent à se passer la bague au doigt (on ne peut se marier car on ne pourra vivre sans le sou - Clara et Vico, opportunistes -, on ne peut se marier car il faut travailler - Esther au Gary dit qu'elle ne veut point voir passer toute sa vie en dilettante). Et puis voilà, l'alcool en décidera autrement et ces deux couples, faits l'un pour l'autre, en paieront forcément les frais. Mais l'amour, of course, est plus fort que tout et finira par changer la donne... au prix d'un sacrifice, certes, mais sans négliger l'avenir de l'enfant : la boucle est bouclée. Si on voit nos jeunes gens souvent faire la fête en bande, la caméra a tôt fait de recentrer le cadre sur un duo ou un trio. Promesses d'amour sur fond nocturne, complicité du trio... avant la soirée fatale. Forcément Esther se retournera contre Clara qui ne pourra qu'avouer sa vénalité. Esther se retire du jeu en grande seigneuresse avant que le temps fasse entendre raison à Clara - ce sont forcément les femmes qui sont toujours capables de prendre les décisions, les hommes restant bien passifs sur cette action. Le film vaut surtout pour la joie de retrouver ce trio d'acteurs (Cooper et Bow ne s'épargnent guère dans leur jeu... en en faisant peut-être parfois un peu trop mais on ne leur en veut pas, ils sont si beaux ; avouons aussi qu'on prend beaucoup de plaisir à découvrir (pour ma part) cette bien jolie Esther Ralston) mais il ne démérite point au niveau du montage et du récit, rondement mené.

vlcsnap-error339

Tout sur Josef