vlcsnap-error414

On fait dans le cinéma populaire, today, avec ce Disney qui semble, au niveau du succès, se poser en héritier de La Reine des Neiges. Une première question doit vous brûler les lèvres : oh putain quelle chanson mes gamins vont chanter tous les jours dans les cinq prochaines années ? Je ne saurais trop y répondre mais disons-le tout de go, on reste dans la même veine musicale avec des airs poussés à donf, faits pour te rentrer dans le crâne. Et l'histoire sinon ? Il y a du nouveau chez Disney, l'héroïne Vaiana n'est pas orpheline. Mais elle perdra quand même sa grand-mère, figure modèle (car rebelle) de la chtite qui fuit son père méchamment "conservateur" (il ne faut point quitter l'île pour ne pas s'exposer à des dangers !, c’est clair qu’il vote Fillon) pour vivre des aventures écologico-divines (la Terre se meurt, il faut rendre une pierre précieuse verte à la con à la Déesse Nature, ou un truc dans le genre). Après une première partie dans l'île polynésienne où l’on se rend bien compte il y a intérêt d'aimer la noix de coco et de ne pas être fragile de l'estomac pour survivre, nous voilà engagés dans une sorte de Vendée Globe avec recherche d'une grosse brutasse qui doit aider Variana dans ses aventures et ses moult rencontres périlleuses (d'un crabe aux pinces d'or comme disait l'autre à un Dieu volcan qui cherche à copier Munch - ou pas, comme me le faisait justement remarquer ma fille).

vlcsnap-error502

C'est un peu longuet mais on suit sans trop de déplaisir (le crabe me reste quand même sur l'estomac, notamment la mayonnaise musicale qu'il entonne) les péripéties de la chtite et de son compagon tatoué. L'une des meilleures idées du bazar d'ailleurs est justement d'avoir animé les tatouages du gars, genre de BD animé dans le film d'animation, une petite mise en abyme assez créative. Au rayon des satisfactions également, le compagnon animal de Vaiana un coq complétement con non anthropomorphisé (ce qui finit par faire du bien) : ces paniques et ses réactions automatiques sont sûrement les gags les plus réussis. Bon, voilà, que dire d’autre, l'animation aquatique est plutôt jolie dans l'ensemble ainsi que le choix des couleurs, les chansons, c'est du basique de chez basique (bien aimé quand la brute voit la chtite seule sur une colline, qu'elle se retourne, voit son air courroucé et le rassure en disant qu'elle ne va pas chanter : même les créateurs de la chose ne sont pas dupes et savent qu'ils finissent par prendre la tête à tout le monde avec leur gueulante musicale) et le scénar un vague mélange de Kung-Fu Panda (des combats divins ronflants - l'attaque des pirates en noix de coco est plus rigolote pour le coup) et du Monde du Silence version bruyante (avec des raies manta et des crabes en version post Fukushima puisqu'ils s'allument la nuit). Bref, de la grosse machinerie à succès pour bambins, pas trop mièvre toutefois pour rester courtois, que devraient surtout apprécier les sourds. J'ai ma dose d'orchestration ricaine pour le mois.

vlcsnap-error274