9791095086147,0-3163166Il convient avant tout de saluer le travail impeccable des éditions Inculte, qui proposent toujours des objets inclassables et audacieux, loin des canons littéraires à la con. Voilà qui est fait. En Procès est d'ailleurs un bel exemple de ce que Inculte sait faire : on réunit une quinzaine d'écrivains aussi précieux que différents (ça va de Kerangal à Julia Deck et de Ferrari à Claro) autour d'un projet commun, et on regarde ce qui se passe. Sous son aspect éclectique, ce livre est ainsi doté d'une remarquable cohésion : il s'agit de tracer une sorte d'histoire du XXème siècle à travers vingt procès marquants. Il y a du très vaste (les Ceaucescu, Boumedienne, les monstres serbes...) et du plus anecdotique (un lion du muséum d'histoire naturelle, Monica Lewinski), mais tous, à leur façon, dressent un portrait en coupe de notre bonne vieille société, tous sont emblématiques d'un certain état des choses : on interroge la signification intrinsèque des procès (une résistante violée et exécutée dans une véritable parodie de justice), on note l'ingérence de plus en plus importante des médias dans les débats (la fuite d'OJ Simpson filmée par des dizaines d'hélicos, l'utilisation de sa propre image par Charles Manson), on pointe les excès de la bureaucratie et la procédure absconse (est-ce que sucer sans branler est un acte sexuel ?), on questionne le concept d'innocence (un procès d'activistes corses rocambolesque)... Chaque partie nous fait plonger dans un nouveau drame, et dans une nouvelle façon de regarder le monde, depuis la condamnation de l'assassin de François Ferdinand jusqu'à cet homme totalement innocent qui passe des années dans les geôles de Guantanamo. Et franchement, toutes sont passionnantes, toutes témoignent d'une avancée (ou d'un recul) sociale, toutes sont historiquement emblématiques.

Surtout, c'est la force du collectif, toutes sont abordées totalement différemment par chaque auteur. Il y a ceux qui tentent l'exercice de style (Thomas Clerc et son excellent texte sur un procès dadaïste, Claro bien sûr), ceux qui sont dans les faits purs et durs, voire la philosophie (Mathias Enard, Christophe Manon), ceux qui ne se cachent pas de faire de la politique (Ferrari, Alban Lefranc), ceux qui écartent doucement le débat sans se faire remarquer (Marie Cosnay, Hélène Gaudy)... Tous ont en tout cas un style, sobre ou baroque, engagé ou modeste, et c'est aussi ce qui fait la richesse du livre : plus qu'une véritable histoire du XXème siècle, c'est un essai sur le regard des écrivains sur la justice qu'on a là, un véritable petit objet d'indignation contre l'institution judiciaire. Un livre plus impertinent qu'il y paraît, donc, mais avant tout un parfait recueil de "nouvelles" qui dresse un portrait glaçant, amusant, absurde et fascinant de notre époque. Un documentaire poétisé immanquable.