vlcsnap-2015-10-15-21h26m25s149

vlcsnap-2015-10-15-21h28m32s165

vlcsnap-2015-10-15-21h28m41s234

Premier film de Bogdanovich qui rend au passage un bel hommage au royal Boris Karloff. Monstre d'hier et d'aujourd'hui, pourrait être un bien agréable sous-titre. Karloff as Byron Orlok est un acteur sur la pente qui continue de tourner dans des séries Z. Ce monstre sacré du passé décide de raccrocher mais accepte de faire une ultime apparition lors de la présentation de son dernier navet dans un drive-in. On suit parallèlement le parcours d'un jeune gars, Bobby, genre de sous Matt Damon vintage. Lorsqu'il ouvre le coffre de sa caisse, on comprend rapidement quel est son hobby : il y a une bonne douzaine d'armes. Notre homme, à force de titiller la gâchette, semble également sur une mauvaise pente : par deux fois, ilse retrouve avec des personnes dans son viseur (Karloff, justement, qui passe par hasard devant un magasin d'armes où se trouve Bobby et le père de Bobby lors d'un exercice de tirs à la con - je ne comprendrais jamais l'intérêt de tirer sur des canettes... J'ai dû louper des épisodes dans l'évolution de l'espèce humaine). De l'idée à l'acte, il n'y a qu'un pas que le Bobby va rapidement franchir : il va d'abord décimer une bonne partie de sa famille (sa femme blonde n'avait pas l'air fute-fute mais quand même), avant de jouer au sniper en bordure d'autoroute (ouais, il a encore des émules dans le Texas de nos jours, le gars). Après un beau tabeau de chasse on the road, il se cache derrière l'écran du drive-in (monstre d'hier, on the screen, monstre d'aujourd'hui, out of the screen, you see what I mean) pour faire un nouveau carton. Karloff est-il définitivement has been ou peut-il encore se montrer héroïque ? Suspense.

vlcsnap-2015-10-15-22h01m00s158

vlcsnap-2015-10-15-22h01m40s64

Bon, il y a quelques longueurs, avouons-le (Bobby en train de monter ses armes, la longue soirée de beuverie entre Sammy, le réalisateur des derniers films de Karloff (Peter Bogdanovich himself), et Karloff, l'arrivée des bagnoles au drive-in...) mais aussi quelques bonnes idées : tout d'abord, of course, la mise en abyme sur les monstres (n'y revenons point) et sur les vrais dangers dans notre petite vie contemporaine (tiens, il n'y a pas eu de carnage aujourd'hui dans une école américaine, surprenant) mais aussi, l'hommage en images à Karloff (avec l'excellent The Criminal Code de Hawks qui repasse à la télé - Bogdanovich qui demande à Karloff de la fermer pour pouvoir apprécier le film), la petite touche comique bon enfant avec Bogdanovich qui sursaute en se réveillant au côte de Karloff puis Karloff lui-même qui se fait peur en passant devant un miroir (j'en ris encore), la petite touche de charme avec l'assistante asiatique de Karloff (Nancy Hsueh, je veux la même pour Noël)... On sent qu'en terme de film d'action, de thriller, c'est parfois un peu plan-plan mais la petite pointe de réflexion qu'il y a derrière le projet permet à Bogdanovich de toucher sa cible (superbe passage, également, sur la toute fin, lorsque le Bobby tire sur Karloff, le vrai, et sur Karloff, sur l'écran : belle image de sa folie (bipolaire ? à coup sûr) intérieure). Joli petit galop d'essai pour notre Peter.  

vlcsnap-2015-10-15-21h27m50s235

vlcsnap-2015-10-15-21h28m00s71