vlcsnap-2015-05-02-16h38m17s208

Le Danemark a aussi eu son armée des ombres, mes amis. Ipsen et Lauritzen, dans un style quasi bressonnien avant la lettre - ou disons tout simplement danois : sobre et sans affect -, nous font pénétrer dans le petit monde de la résistance nordique. Des hommes de bonne volonté, qui ne se prennent point pour des héros, qui font leur petit travail de sabordage, proprement, sûrement parce qu'il leur reste encore dans un coin de la tête un certain idéal de la dignité humaine - ils ne se font en tout cas pas trop d'illusions sur leurs frères humains dont la plupart s'arrête de faire 2 minutes la bamboche après une explosion... C'est triste, mais ils continuent, eux, clandestinement, dangereusement à faire la sale besogne. Quand on est résistant (Et Dieu sait que je peux en parler, mais ne se lançons pas des fleurs), on peut toujours compter sur la solidarité du groupe (ou pas) ou sur l'amour d'une femme. Le problème, c'est bien sûr lorsque l'un de vos petits copains pactise avec l'ennemi ou quand votre femme se fait arrêter par la gestapo. Ce sont justement les deux hantises de notre héros, il devra faire à l'une des deux.

vlcsnap-2015-05-02-16h39m38s198

Réunion en catimini, attaque hautement préparée d'entreprise travaillant pour l'ennemi (et un canardage germano-danois tendu comme une cartouchière de mitraillette à l'arrivée : oui, il y a même de l'action !) et affres de la prison. Notre héros subit la torture subtilement appelée "l'écrasement de doigts" (les Allemands, comme les inquisiteurs, sont assez forts en machine), il pleure sa race, saigne du nez, perd tout espoir de jouer un jour du piano, même du Clayderman, mais il ne lâche rien, s'enferme dans sa douleur et reste mentalement en vie en pensant à sa douce. On s'attend à voir débarquer Simone Signoret pour lui prêter main forte. Mais on rêve. Mais le rêve, c'est encore ce qui permet, lorsqu'on est au fond du trou, de faire venir les miracles (Johnny Hallyday)... Un film qui se révèle de très bonne tenue, sans fioriture, sans gras, sans excès, qui peut même paraître parfois un peu trop "sec" (quand on s'aime, on se serre la main fort fort fort, quand on est trahi, on fronce les sourcils une demi-seconde...) mais qui montre frontalement qu'il y a, aussi bien dans les pommes que dans le royaume, toujours quelque chose de pourri au Danemark. Brut et digne.

vlcsnap-2015-05-02-16h38m29s103