vlcsnap-2014-06-08-18h26m21s226

Edward G. Robinson est un mix de super Mario et du Capitaine Crochet dans cette œuvre d'Hawks dédiée à la chasse aux thons (rien à voir avec le Macarena cela dit). On y retrouve un habituel trio amoureux : Edward et sa main d'argent en sympathique gars portugais un peu neuneu qui, suite à un heureux concours de circonstances, "sympathise" avec la belle (enfin pas trop moche) Quita Silva (Zita Johann) ; celle-ci, qui a bon cœur, finit par céder aux avances de ce pêcheur moustachu peu avenant tout en lui avouant qu'elle n'est pas amoureuse de lui. Edward, tout à sa joie d'avoir une femme, ne s'en formalise point. Un coup d'oeil suffira au grand pote d'Edward (Richard Arlen as Pipes) pour que l'on sente une étincelle - inquiète - naître entre lui et Quita. Mais, nom de nom, ils ne peuvent pas faire cela à Edward, lui qui a tendu la main à Quita quand elle n'avait rien, lui qui a sauvé plusieurs fois la vie à son vieux pote Pipes. Non, c'est non. Mais la Quita, à l'usure, a bien du mal à ne pas se laisser submerger par les émotions amoureuses. Ça sent le drame. Ou non. Ou juste le thon.

vlcsnap-2014-06-08-18h26m54s46

vlcsnap-2014-06-08-18h27m05s160

Un scénario qui n'est pas d'une originalité folle, un Edward qui en fait des tonnes avec son pseudo accent portugais et ce rictus rilleur (Dieu soit loué, il n'a jamais joué dans un film de Pagnol...) et un nœud - marin - qui met des plombes à se démêler -faut garder le meilleur pour la fin, forcément. Hawks se fait heureusement un devoir de soigner son "background" pour donner une bonne odeur de poisson et de véracité à son histoire : qu'il s'agisse de mettre en scène ces fumiers de Tiger Shark qui se jettent sur leur proie comme le FN sur un électeur en détresse ou de filmer une impressionnante pêche aux thons (ce qui, comme moi sûrement, doit vous passionner), là on retrouve un Hawks de grande classe ; on sent la vie sur ce bateau et cela donne heureusement un peu de relief au Capitaine Edward véritablement gonflant à force d'en faire trop (en plus le type passe son temps à descendre des requins à la carabine - ils lui ont bouffé sa main, il est rancunier : son petit côté gouailleur sur terre et hargneux sur mer fatigue definitely). La plus belle scène du film - hommage à Gols - se passe sur la fin : l'essentiel se passe en hors-champ ; Quita et Pipes tombent enfin dans les bras l'un de l'autre et là : stupeur !... Le silence qui suit est étouffant et ces quelques secondes suspendues valent le détour... Il va falloir se méfier du gars Edward qui a un crochet redoutable (rires en douce)... Hawks parvient à tirer profit jusqu'au bout de la présence des requins, véritables "poissus ex oceana" (je sais c'est pas du tout correct) qui viennent idéalement résoudre l'intrigue . Un ptit film auquel on se laisse tout de même gentiment hameçonner pour peu qu'on soit d'humeur à humer les embruns - ben ouais, c'est Hawks, quand même.

vlcsnap-2014-06-08-18h28m18s126

vlcsnap-2014-06-08-18h28m43s88