9 mois ferme a fait plus de 1.800.000 entrées et j'ai envie de dire "comment ?" ou encore "pourquoi ?" voire "gné ?". Je ne cherche pas à discuter le merveilleux pitch de départ : une juge d'instruction complétement bourrée se fait sauter et engrosser par un braqueur qui se retrouve accusé d'avoir mangé les yeux de sa dernière victime. Bon c'est vrai que c'est drôle et que j'aurais ri tant et plus si je n'avais pas mal au foie. Un scénar donc en béton, passons aux acteurs. A ma droite, il y a Kiberlain qui fait son taff, pro : elle mise l'essentiel sur ses regards effarés et sa mine défaite - sobre, à tout prendre. A ma gauche, il y a Dupontel dans l'un de ses plus mauvais rôles (15 minutes entre chaque réplique pour donner au spectateur le temps d'apprécier son visage et ses rictus si comiques, plus beauf que beauf que beauf (c'est son karma d'auteur), affligeant dans la caricature (Dupontel était drôle il y a 20 ans, non ? ou je confonds)). Au centre une espèce d'avocat bègue qui met forcément des plombes pour sortir chaque phrase et qui nous ferait presque regretter cet immense génie comique que fut Roland Magdane (je crois que Dupontel est resté bloqué quelque part dans le temps - loin derrière... genre punk des années 20). Je m'attendais à un truc efficace, drôle disons toutes les dix minutes (soit au moins 7 fois). Là j'ai franchement trouvé l'ensemble absolument consternant - des dialogues pathétiques, des effets "gore" à deux balles (les 37 versions du veuf qui va faire pipi et se fait découper en morceaux... on a l'impression d'assister au montage du film...) et une conclusion qui laisse sans voix (si ce n'est pour dire ouf!).  Pourquoi ai-je encore tenté Dupontel, dites-moi pourquoi hein ???

vlcsnap-2014-03-17-23h19m47s182