vlcsnap-2014-02-18-21h52m32s25

Eh oui, il nous reste encore des seaux de réalisateurs à découvrir. Jules Verne est immortel, certes, mais grâce aux images de Zeman, l'univers du Jules paraît on ne peut plus vivant. Jules (ré)animé, c'est en quelque sorte ce que ce génie de l'animation tchèque sans grande provision - ou budget si on préfère - nous propose. Mêlant très très habilement décors aux allures de gravures de livres vintage du Jules et personnages réels, machines dessinées, animées et fumantes et vrais petits oiseaux planant, cet art des "montages spéciaux" nous fait retrouver la magie pure de Mélies, la "pureté" des traits et la naïveté des personnages d'une BD comme Tintin, ou encore l'extraordinaire, le fantastique, le rocambolesque, l'inattendu de nos aventures enfantines - comme celles, par exemple, de ces merveilleux fous volant sur leurs drôles de machines voyageant jusqu'aux confins du monde.

vlcsnap-2014-02-18-21h53m01s57

vlcsnap-2014-02-18-21h54m28s155

Si le scénar est aussi peu fute-fute que celui d'un James Bond (des méchants kidnappent deux scientifiques pour qu'ils réalisent une bombe ; le vieux savant en manque de découverte se prend au jeu de l'invention alors que son jeune assistant résiste et alerte les armées du monde pour stopper ce con de Comte mégalomane), si les personnages manquent parfois terriblement "de relief", de traits (ohoho) de caractères, le design de cette oeuvre de quatre-vingt-minutes entièrement dessinée au crayon de bois - comme disait Pierre Bachelet - fait le reste - pour ne pas dire l'essentiel. Outre ces fabuleuses machines vernesques que Zeman anime (c'est juste pour les allitérations), on se prend au jeu de toutes ces séquences "fantastiques" dont il parsème son récit : ce sous-marin qui torpille avec le bout de son nez un bateau de marchandises, ces plongeurs qui vont dans les fonds marins à la recherche de trésors (les images aquatiques sont à mes yeux les plus réussies - toujours aimé le flou...), ce poulpe géant capable de renverser sur le film tout l'encrier qu'il y avait sur la table de travail (il faut bien repasser avec un stylo à plume sur le crayon de bois...), ces explosions qui font d'énormes booom comme dans un bon vieux Blake et Mortimer, ce château à flanc de volcan (qui ferait passer ceux de Disneyland pour de la guimauve prémâchée) que notre jeune savant intrépide escalade pour se retrouver inopinément dans la chambre d'une belle, ou encore ces messages lancés... au ciel, en dirigeable, qui arrivent miraculeusement entre les mains des personnes concernées.... Totalement confiant en l'inventivité de ses images (enfin j'espère), Zeman livre un film aux dialogues ultra minimalistes et totalement porté par de la "grande musique" comme disait ma grand-mère à moitié sourde. C'est de la bonne vieille science-fiction comme on l'aime (des ciseaux à bouts ronds, de la super glu 3, une boîte à chaussures, beaucoup de créativité et hop c'est parti) et même si l'histoire est un peu niaise, que le style prend un peu le pas sur l'émotion, c'est vrai, on ne va bouder son plaisir tchèque en blanc et noir. Je n'échangerais pas, pour sûr, un Zeman contre dix barils de Cameron avec ses individus tout couillons et bleus comme de la lessive en poudre.

vlcsnap-2014-02-18-21h56m51s27