vlcsnap-2014-02-02-21h53m50s162

vlcsnap-2014-02-02-22h08m19s147

Le jeunot Gene Kelly sur les traces de la Main noire (la mafia italienne) dans le New-York des débuts du siècle dernier. C’est l’éternel Cedric Gibbons à la direction artistique et c’est un véritable plaisir de découvrir cette artère italienne pleine de vie au cœur de la ville américaine. L’histoire nous fera également voyager du côté de Naples et de Palerme, et l’on aura droit à des filatures dans de petites rues coupe-gorge qui portent bien leur nom. On n’est pas chez Scorsese et dans l’ultra-violence mais bien dans l’enquête de base avec ce Gene qui n’arrive pas à mettre la main (…) sur cette bande invisible qui frappe qui elle veut, quand elle veut. Gene tient solidement son cran d’arrêt dans sa poche et veut mettre fin aux diverses exactions (kidnappings, bombes, assassinats : il y a tout de même de l’action) de ces hommes à la fine moustache ou au physique de boucher d’arrière-salle (les cerveaux et les hommes de terrain, on l’aura compris). Seulement ce n’est pas par la violence qu’on résout les problèmes (sauf dans le cas extrême : la finaude fin où les armes généralement employées par les bandits se retournent contre eux) et Gene va devoir se creuser la cervelle pour couper un à un les doigts de cette main.

vlcsnap-2014-02-02-21h55m15s246

Le Gene est pugnace… et a le don pour mettre en danger ses proches. Il va quand même aussi morfler sa part dans la bagarre - un passage à tabac et un magnifique assomement avec un broc qui éclabousse la caméra alors même que notre homme perd ses esprit (bel effet et malin parallèle au passage entre cet homme qui prend tous les risques pour dénoncer les crimes et cette caméra, ce film (l’un des premiers sur la mafia italienne) qui ose dénoncer les agissements de cette main noire : même combat, même tarif). Teresa Celli interprète sa pâle compagne et l’alchimie avec le Gene est loin d’être vraiment convaincante (heureusement qu’on n’est pas vraiment dans le film romantique…). Le rythme, allez, n’est pas trépidant, trépidant mais Thorpe sait tout de même soigner les séquences de règlement de compte et nous sert un final où l’on sue avec le Gene (il était déjà super doué pour les jeux de jambes). Film de genre honnête avec des décors soignés et des seconds couteaux avec la tronche de l’emploi (mention spéciale pour le garde du corps en Italie : belle masse aux allures de Nestor (le serveur de Tintin, of course).

vlcsnap-2014-02-02-21h58m21s35

vlcsnap-2014-02-02-21h54m51s12