vlcsnap-2014-02-01-15h18m36s123

vlcsnap-2014-02-01-15h19m00s93

Voilà le genre de film que j'aurais sûrement voulu découvrir gamin. Bon c'est sympa également de le découvrir aujourd'hui, je ne dis pas. Mackendrick nous fait donc suivre la pérégrination d'un gamin blondinet de Port Saïd jusqu'à Durban. Ses deux parents étant morts lors d'un bombardement (la désobéissance du gamin qui, dès le début, le sauve... Cela vaudrait déjà une thèse en soi), notre gamin pugnace se met martel en tête de rejoindre une prétendue tante qui tient un hôtel à l'autre bout du continent africain - celle-ci a été évoquée par sa mère juste avant le drame. Notre blondinet va se retrouver à traverser des déserts (épisode traumatisant avec la mort de l'homme qui l'accompagne), des fleuves (rencontre avec un grand black plein de sagesse), des contrées sauvages (séquences de la bonne expate qui veut le couver et de ses sbires qui font tout pour le ramener jusqu'à la rencontre salvatrice avec notre bon vieux Edward G. Robinson, véritable père adoptif). On a notre lot d'animaux sauvages (des singes au léopard), de situations rocambolesques, d'aventures extrêmes... dans ce formidable voyage initiatique.

vlcsnap-2014-02-01-15h23m10s24

Le film fourmille de situations tendues rendant ce voyage passionnant : le bombardement intitial donne le ton de ces aventures aussi dangereuses que formatrices ; le gamin est rapidement livré à lui-même et se prend dès le départ une branlée par l'un de ses petits voisins. Mackendrick saisit également toute l'ambiguïté de la rencontre avec cet homme dans le désert "qui veut le prendre sous son aile" : le petit geste que l'homme esquisse pour couvrir le visage du gamin - comme s'il s'agissait d'une jeune fille - est éminemment tendancieux... Notre gamin esquive mais va se retrouver dans une situation encore plus compromettante lorsque l'homme deviendra aveugle et va s'attacher, à l'aide d'une chaîne, à notre jeune héros. Le gamin se sent coupable de l'accident (il a mis une pierre dans le feu qui a explosé au visage de l'homme) alors qu'il était en position de victime innocente dans la séquence d'avant - que l'homme ait "payé" pour son geste (un genre de justice divine...) n'est pas vraiment ce qui va aider à réconforter le gamin ; il traînera longtemps le poids de "cette faute" (dont il se sent responsable) et gardera longtemps sur la conscience la mort de cet homme (qu'il abandonnera après l'avoir dépouillé)... jusqu'à sa rencontre avec le "confesseur" Edward.

vlcsnap-2014-02-01-15h20m46s139

Ce dernier va d'ailleurs être le seul à respecter les décisions de notre bambin et à lui faire confiance - une position qui se révélera salvatrice (pour l'un comme pour l'autre, d'une certaine façon) sans vouloir trop en dévoiler... Il est clair que la plupart des autres adultes que le gamin va croiser auront tendance à lui dicter ce qu'il doit faire, l'amenant généralement - même s'ils disent agir "pour son bien" - dans des positions très inconfortables (toutes les séquences chez le médecin...). L'ingéniosité de notre héros aura raison de ces êtres qui veulent lui imposer leur choix. Il trouvera sa propre voix vers l'émancipation sur ce chemin de croix qu'il a tenu lui-même à s'imposer - en une phrase comme en cent, une bien belle quête intérieure et pleine d'aventures sur ce continent sauvage et mystérieux (si on cherche une accroche digne de Télérama). Nouvelle oeuvre incontournable dans la filmo du gars Mackendrick.

vlcsnap-2014-02-01-15h20m02s213