vlcsnap-2013-09-15-01h06m06s254

Edward G. Robinson fait sa fameuse tête de saumon, non pas parce qu'il est un roi de la pègre méchant comme la gale ni parce qu'il est flic et prend de haut la racaille, mais parce qu'il est voyant... Oui... il a de réelles visions du futur. Ca le prend tout d'un coup, comme une envie d'aller aux toilettes : petit mentaliste affublé du ridicule nom de Triton, il devient plus clairvoyant que Rimbaud. Sauf qu'il n'a point la vision des relations entre les choses secrètes mais bien celle de l'avenir. Bref, il sait quand vous allez mourir et c'est un don quelque peu embarrassant. La grande question de tout bon scénariste de science-fiction est la suivante : si le type voit véritablement l'avenir, comment peut-il intervenir vu qu'il a déjà vu l'avenir ? Vous me suivez... Ben oui, c'est la gageure et reconnaissons que cette jolie petite mouture du gars Farrow tient la route de ce point de vue-là grâce à une petite pirouette scénaristique joliment trouvée sur le fil.

vlcsnap-2013-09-15-01h07m04s219

Triton se range des voitures - fini le métier, fini les gens - après avoir vu mentalement celle qu'il voulait épouser mourir en couches et deviné qu'il arriverait des accidents mortels à tel ou tel gamin. Il en est arrivé à croire que ce sont ses propres prévisions qui provoquent ces malheurs, donc autant ne pas en voir... Seulement voilà, les années passent et il croise celle qui aurait pu être sa fille, Gail Russel (la mère est bien morte en couches... au moins c'est po de sa faute...)... Il voit dans quelles circonstances non seulement le père d'icelle risque de mourir mais aussi la propre mort de la donzelle. Il décide d'intervenir mais l'entourage de la donzelle est des plus sceptiques face aux étranges pouvoir de cet homme : ne serait-il pas un grand manipulateur qui cherche son intérêt dans l'histoire ? Il est en tout cas étroitement surveillé par la police alors que sa vision des circonstances de la mort de Gail s'affine.

vlcsnap-2013-09-15-01h08m10s209

Le film est assez bien mené avec ce pauvre Edward de plus en plus effaré (personnellement) et ennuyé (par les autres) par la justesse de ses pouvoirs ; il n'a rien demandé à personne et il porte ce don comme une croix. Plutôt que d'en faire un joueur de loto multimillionnaire, les scénaristes font de lui un pauvre type qui non seulement passe complètement à côté de sa vie, mais qui en plus n'est pas pris au sérieux. Il a beau te dire en temps réel qu'untel va mourir en mangeant un oeuf, on se rit de lui. Le type meurt, on rit moins mais on se demande si Edward n'avait pas piégé l'oeuf... Le suspense monte en puissance sur la fin avec des événements (censés se passer juste avant la mort de Gail) qui se passent comme prévus par Robinson alors même que celui-ci est tenu à l'écart par la police - joli, en particulier, le "coup du lion". Touche-t-on au paranormal avec cet homme capable de déchiffrer ce qui se trame derrière ces milliers d'yeux nocturnes ou a-t-on affaire au plus grand emberlificoteur du siècle ? Un saumon c'est quand même souvent plutôt pacifique... Du foutage de gueule (Triton lit dans vos esprits, hehe, ouais tu parles...) au tragique (un bon film noir qui se respecte est programmé pour être tragique), un sympathique film du genre du gars Farrow qui nous a rarement déçu.

vlcsnap-2013-09-15-01h10m21s245

Noir c'est noir,