9782234073951-X_0Encore une fois un premier roman profondément original, décidément la jeunesse folle a du bon. Karin Serres est déjà l'auteure de quelques pièces de théâtre tout à fait valables, cela dit, mais avec ce roman, elle affirme haut la main qu'elle possède un univers absolument unique et personnel. Difficile en effet de situer Monde sans Oiseaux : à la fois comptine pour enfants et chronique désabusée, à la fois livre de science-fiction et conte médiéval, ce court texte est en tout cas envoûtant et parvient à créer un univers vraiment crédible et passionnant. Comme dans les petites chansons de l'enfance, on y croise des cochons roses (mais ici transgéniques, devenus rose fluo et amphibies), des gentils princes (mais celui-là est soupçonnés de cannibalisme) et des lacs magiques (mais qui sont ici tapissés de cercueils ajourés).

L'écriture, entre grande naïveté poétique et une certaine tendance à la cruauté, au gothique, fait le reste : on est dans un univers enfantin-trash, comme une boîte de joujoux rose-bonbon manipulée par une petite fille légèrement torve. Serres a tout compris au conte et à l'enfance : elle sait que le danger doit y côtoyer la beauté, elle sait que la mort et la violence ont leur place dans les ambiances ouatées et sucrées. Du coup, son texte est très prenant, insaisissable mais cohérent, et c'est par touches surprenantes qu'on finit par apercevoir combien il peut être violent et glauque. Au détour d'une petite phrase naïve, hop, voilà la mort, le viol, la putréfaction, la manipulation génétique, l'anthropophagie, qui pointent leur nez. Le tout sur fond de fin du monde. Il fallait oser, tout de même, et Serres y parvient avec une grâce prenante, livrant un roman à la Tim Burton absolument sans égal. C'est juste un peu court pour être vraiment capital, mais c'est déjà la marque d'un écrivain qui ne doit rien à personne.