vlcsnap-2013-08-01-08h44m30s87

Quelques années avant Wyler (The Collector), Dmytryk signe cet excellent Obsession, deux films que nos amis français ont eu la bonne idée d’appeler L’Obsédé... Faut dire que dans les deux cas, il est question de kidnapping et de détention forcée. Si pour Wyler, il s’agissait d’enfermer l’objet de ses désirs, chez Dmytryk, il est plutôt question de vengeance, avec cet homme qui décide de punir, à petit feu et avec la plus grande des méticulosités, l’amant de sa femme. Il s’agit bien sûr, en bon Anglais, de réussir le meurtre parfait… meurtre parfait qui risque de se jouer à un poil de chien près…

vlcsnap-2013-08-01-08h45m48s81

C’est le genre de film durant lequel on se frotte les mains durant une bonne partie tant l’atmosphère machiavélique a tendance à progressivement nous happer dans ses rets. Les premières séquences sont proprement jouissives avec ce petit côté énigmatique qui plane sur chaque séquence… Un homme qui n’a de cesse de surveiller son manteau dans un de ces fameux club house anglais… Why ? Ahah, il s’y trouve un flingue… Un flingue que l’on retrouve sur une table de salon pendant que notre homme « tue le temps » chez lui en faisant des mots-croisés…  Qui attend-il, qui veut-il vraiment flinguer ? (Excellent le coup du serviteur avec l’appareil auditif… On se doute qu’il n’entendra aucune détonation)… Sa femme et son supposé amant qui débarquent tout jouasses après une bien bonne soirée avant que le mari fasse son entrée "sur la scène" après s’être dissimulé derrière un rideau… Ambiance tendue alors que le mari les questionne : il tente de les piéger en essayant de savoir dans quel endroit ils ont bien pu passer la soirée (jaloux, il ne supporte pas que sa femme danse avec un autre) et nos deux arrivants de s’empêtrer dans leur explication… Le flingue est finalement sorti… Pour tuer la femme, l’amant ? Ou simplement pour faire peur… Tout est du même acabit, jusqu’à ce que l’on retrouve les deux hommes dans une pièce isolée… Là encore, joli suspens avant que l'on remarque le "chaînon manquant" mais l'on continue de se demander ce que ce mari jaloux avec ses multiples fioles et ses mélanges chimiques prépare vraiment : tente-t-il juste d’impressionner ce pauvre amant, rentre-t-il dans une guerre d’usure ? Nos petites mimines sont rouges de plaisir à force d’être frottées.

vlcsnap-2013-08-01-08h48m25s143

vlcsnap-2013-08-01-08h46m42s88

Impeccable film noir british réalisée par un Dmytryk alors en exil avec un personnage principal (Robert Newton) « obsédé à loisir » - sa passion pour les trains avec son installation digne d’un décor d’un film hitchcockien -, une blonde troublante à souhait (Sally Gray, un peu sous employée), et un petit toutou blanc qui risque de tout faire foirer… Newton se rit de se voir si bon jusqu‘à l’arrivée inopinée d’un inspecteur de Scotland Yard qui commence à fouiner partout. Mais Newton n’est point homme à perdre son sang-froid et Dmytryk parvient jusqu’au bout à nous faire ressentir ce fameux flegme et cet incomparable british humour, même dans les situations les plus sordides et macabres (le petit cercle blanc qui délimite le champ d’action du chien… excellentissime). Bref Dmytryk sait prendre des gants de velours pour ciseler un véritable petit joyau du genre… Acide. Thanks again for the advice, dear reader.

 vlcsnap_2013_08_01_08h48m46s82