vlcsnap-2013-06-30-20h42m39s149

Elkaïm/Donzelli vont avoir un enfant. Il est tout souffreteux, elle est toute souffreteuse comme s'ils n'avaient jamais vu le soleil de leur vie. Paris, c'est dur. Entre eux, ça va mal. Il la trompe (mais il l'aime : appréciez le finaud photogramme ci-dessus - tu connais le coup du miroir ?), la quitte, revient, lui ment, la retrompe, revient... Il dit tout ce qu'il faut dire à une femme enceinte quand on l'aime : "Tu me dégoutes, on dirait une baleine, j'aimerais que tu sois morte" - pour un peu, il la frapperait. Chaque fois qu'il parle, elle dit "arrête", chaque fois qu'elle parle, il dit "arrête" et nous, on aimerait qu'une chose c'est que le film s'arrête. 1h10 de souffrance et au final la consternation. La seule bonne nouvelle c'est qu'Elise Girard n'a fait qu'un film... Nul, juste.