malcolm390
Un film culte en Australie, ah ah, on va enfin avoir du bon à se mettre sous les yeux... Ah ben non. Malcolm n'est pas non plus le pire film australien (puisqu'il s'agit de Bootmen), mais en faire un grand film montre le peu d'intérêt du cinéma national tout de même. Bon. Nous revoici donc en plein coeur du sentiment sucré et consensuel, du personnage épais comme une feuille de cigarette, du scénario prévisible et du happy end sur fond de musique pop-rock la plus infâme. Malcolm est un brave gars autiste qui passe son temps à bricoler des maquettes de tramways. Un nouveau locataire vient habiter dans son immeuble, en l'occurrence un vague braqueur de banque du dimanche, gentil et protecteur, accompagné de sa fiancée gentille. La fine équipe va monter des braquages rigolos, grâce au savoir-faire du voyou, à l'appui psychologique de sa donzelle et aux bricolages pointus de Malcolm. Ca dérobe donc des millions à l'aide de poubelles trafiquées, de petites voitures customisées, et de faux tramways. On ne se tape que peu sur les cuisses devant les trouvailles de la chose, autant le dire : ça ressemble à du bricolage à la Gondry, mais en pas drôle, si vous voulez. Le ponpon, par exemple, si vous voulez un exemple, c'est quand les gars sont poursuivis par la police, et que leur voiture se fend en deux (48 minutes de séquence environ), hihihihi. De Funès est dans la place.

site_28_rand_295406010_malcolm_large
Ode à l'amitié par-delà les différences, comme ils disent au Jour du Seigneur, le film est aussi profond qu'une partie de 1000 bornes, aussi nécessaire qu'un coup de pied aux parties et aussi drôle qu'un dimanche pluvieux. C'est de la comédie, oui oui, sous-entend-on là-dedans, il ne faut donc pas trop se prendre la tête, et se laisser aller à la légèreté de la chose. Bon. Encore faudrait-il que Tass nous amuse un tant soit peu : sans situations, sans idées, sans personnage, sans rythme, son bazar apparaît d'une longueur désespérante. La réalisatrice, elle a ça de différent par rapport à ses contemporains locaux, sait filmer plutôt correctement, ce qui sauve Malcolm du naufrage complet. Mais ça ne suffit vraiment pas pour relever quoi que ce soit de consistant dans ce fade et moche téléfilm de dimanche soir.