vlcsnap-2013-04-05-15h21m08s71

B709Ce film en 3D de Walsh (c'est donc pour cela que les protagonistes passent leur temps à envoyer des trucs dans la gueule du caméraman, je me disais aussi...)  n'a apparemment pas la grosse côte mais il n'a rien de déshonorant. Il s'agit donc d'une histoire limpide de poursuite dans le grand west : Frank Slayton (Phil Carey) and his band (2 bons vieux seconds couteaux, Lee Marvin et Brand Neville, + l'homme au regard de piscine chlorée, Leo Gordon) attaquent une diligence et kidnappent une donzelle - en laissant son futur mari pour mort. Ce fiancé malchanceux n'est autre que Rock Hudson qui va finalement ressusciter et trouver deux alliés de choc pour partir à la recherche de sa douce : Leo Gordon, répudié par Slayton après avoir pris la défense de la donzelle (Donna Reed, une taille de guêpe) et un Indien dont Slayton avait tué la soeur (le type ne parle po, n'est même po au générique (Pat Hogan...) mais putain c'est sûrement celui qui agit le plus dans l'histoire, brillant dans toutes les disciplines - notamment le biathlon si le ski était remplacé par le lancer de couteau).

vlcsnap-2013-04-05-15h23m03s153

C'est du bon vieux western/road movie avec diligence qui s'emballe (caméra embarquée sur la tête du cocher), tentatives de fuite diverses (Donna Reed en tente 32, mais elle est vraiment pas fute-fute) et règlement de compte fatal - Slayton sacrifiant ses hommes, souvent moins couillons que lui, parce qu'ils prennent la défense de la Donna... Slayton est une bonne vieille canaille qui n'a toujours pas avalé la défaite du Sud. Les sudistes n'ont à ses yeux que trois options : pleurer leurs morts, vivre avec leurs blessures ou voler. Il a donc choisi la vie de détrousseur et de trousseur de jupon, avec moins de succès dans un domaine que dans l'autre. Condamné à mort par les chiennes de garde pour avoir l'habitude de prendre les femmes au lasso (je rappelle que c'est mal), Slayton a fait sienne la morale de notre ex-ministre des finances : quand Dona Reed lui reproche de ne pas avoir le sens de l'honneur, il réplique :"Il n'en reste pas beaucoup dans le monde. Les hommes ordinaires obéissent aux lois ordinaires. Je ne suis pas un homme ordinaire". Et toc. Mais pierre qui roule n'amasse pas mousse et Rock, bien placé pour le savoir, fond sur sa proie... On sent bien qu'il règlera son compte à Slayton et qu'il récupèrera la fille. Ce qu'on ne sait point encore, c'est s'il est plus amoureux que revanchard... Surprise, surprise, l'aventure risque en effet de durcir le Rock (qui n'est pas content avec ses petits poings tout serrés).

vlcsnap-2013-04-05-15h24m40s121

vlcsnap-2013-04-05-15h20m21s97

Peu de grandes scènes marquantes (même si les séquences nocturnes sont assez jolies), quelques dialogues pas trop mal troussés, des acteurs de bon calibre qui font le taff, c'est peut-être pas ultra folichon mais ces 78 minutes passent comme un petit four au champignon : guère consistant mais loin d'être désagréable. L'ami Walsh a quand même sorti 4 films en 53, ça ne laisse pas vraiment le temps non plus pour enquiller les chefs-d'oeuvre. Gun fury comme titre, c'est tout de même sans doute un poil exagéré...

vlcsnap-2013-04-05-15h19m19s250

Walsh et gros Mythe : cliquez