vlcsnap-2012-11-10-09h30m23s152

vlcsnap-2012-11-10-09h31m30s1

Mann est décidément un touche à tout : film noir, western, film de guerre, film épique, film pétrolier… Oui, bon, c’est malheureusement à cette dernière catégorie qu’appartient cette œuvre qui compte dans ses rangs deux poids lourds (James Stewart et Dan Duryea), deux donzelles taillées sur mesure pour le technicolor : Joanne Dru et Marcia Henderson (yeux bleus verts transparents comme un lagon, lèvres vermillonnes, cheveux blonds à la garçonne permanentés, seins en proue…)… J’ai un peu l’impression d’avoir dit l’essentiel… Bon, pour ne pas être flemmard, disons que Stewart et Duryea tentent le tout pour le tout en construisant une plate-forme pétrolière (ils sont à sec financièrement et trouvent un ponte qui met toutes ses billes sur ce projet dingue…) en mer de Louisiane (dynamitage ne tuant point les ressources marines, crevettes énormes attirées par la plateforme, risque de contamination des côtes proche de zéro, Thunder Bay ne doit pas être le film de chevet de Cécile Duflot). La population locale est colère : non pas tant parce que cela risque de tuer les crevettes - il n’y en a guère - mais surtout parce que l’armée de travailleurs bossant sur le projet risque de venir piquer leur fille…

vlcsnap-2012-11-10-09h31m48s233

vlcsnap-2012-11-10-09h32m32s166

D’où tensions, rixes, vengeances… qui tomberont à l’eau parce qu’en face c’est quand même Stewart, en entrepreneur pétrolier, et Stewart, c’est 1) la star capable de faire des cascades 2) le charmeur 3) l’Amérique incarnant les « valeurs profondes » : donc, with a jeu de mot, le pétrole sans lequel il n’y a point d’économie… Il est seul contre tous, il va triompher et imposer sa vision, c’est comme un Ford (…) avec des principes ultra discutables… C’est coloré, pétrolé, mariné (une petite séquence agitée avec un Stewart qui prouve qu’il a le pied marin) et très vite oublié. My man Mann n’a pas non plus fait que des chefs-d’œuvre, obviously.

vlcsnap-2012-11-10-09h32m50s72