tous_au_larzac_a_recadre

Bah c'est peut-être pas le plus grand choc cinématographique du siècle, mais Tous au Larzac vous réchauffe le coeur façon feu de bois, et c'est un vrai bonheur. Ce documentaire sobre et taquin raconte l'histoire de la lutte populaire sur les plateaux déserts de Millau depuis les années 70 : à cette époque, l'Etat tente de déloger la centaine de familles de paysans du cru pour étendre un camp militaire, dans ce site désertique idéal pour s'entraîner à la guéguerre. Les agriculteurs, au départ apolitiques et incultes (bien aimé ce vieux qui raconte qu'il était catho et de droite parce que tout le monde l'était), vont au fil des années se souder pour développer une des rébellions politiques les plus célèbres de notre histoire récente, celle qui a fait naître la confrérie paysanne et les mouvements altermondialistes.

Sans titre

C'est touchant à mort de voir défiler ces témoins de l'époque, braves éleveurs encore ébahis de leur audace, qui ont encore aujourd'hui la larme à l'oeil ou le sourire frondeur au souvenir de leurs provocations et de leurs actions passées. C'est peut-être naïf, mais le film montre qu'on peut s'opposer à l'Etat, sans violence et sans moyens. Lâcher des brebis sur le Champ de Mars, traverser la France en tracteur, saboter par la farce les grandes manoeuvres militaires, constituent des actes de désobéissance qui fonctionnent, et cette poignée de rebelles est super attachante. La narration des faits, chronologique et précise, est pleine de suspense : on se demande comment ça a pu tenir, et aussi longtemps (aujourd'hui les gusses sont toujours aussi soudés), comment tant de tendances différentes (paysans, objecteurs, maoïstes, non-violents, hippies) ont réussi à fusionner dans un même esprit, et on tremble à chaque chapitre de voir ce magnifique édifice utopiste s'effondrer. Les attaques sournoises ou frontales de l'Etat sont en effet terribles, mais la force tranquille de nos petits Gaulois, leur astuce et leur inventivité quand il s'agit de s'opposer, sont énormes, toujours pleines d'humour malgré les coups. On est épatés par leur réussite, culminant avec l'épopée de la construction d'une bergerie en dur sur un terrain interdit, bergerie magnifique qui tient encore. Le film fait d'habiles va-et-vient entre les nombreuses images d'archives, les interviews "in situ"  et les plans d'aujourd'hui qui montrent la magnificence des paysages. Il est avant toiut question de territoire, celui qu'on veut vous prendre, celui qu'on partage, celui qu'on délilmite, celui qu'on étend, et la beauté du Larzac se prête bien à cette thématique. Utopiste et réaliste à la fois, Tous au Larzac, s'il est néanmoins anecdotique au niveau de sa réalisation, est le film le plus réconfortant du moment : il donne envie de se révolter, dès qu'on aura trouvé une cause. No pasaran, tudjieu !

tous-au-larzac---la-blaquiaere-1