vlcsnap-2002-04-23-18h38m10s161

Cornel Wilde (producteur, réalisateur, acteur) débarque dans une petite maison isolée dans les montagnes après un braquage sanglant : il a en effet la bonne idée de rendre visite à sa belle-soeur (Jean Wallace) qui vit avec son frère malade (Dan Duryea qui a toujours la tronche du type avec la colique) et son fils David ; il est accompagné d'un fou furieux (Steven Hill) et d'une blondasse aussi responsable qu'un champignon. Ambiance de huis-clos qui part un petit en live, la Jean se retrouvant dans une position plutôt inconfortable : elle vit donc avec le souffreteux Dan, a eu une histoire d'amour par le passé avec le Cornel (David serait-il, hum, hum...) et, cerise sur le gâteau, reçoit la visite, alors que tout le monde est caché dans la maison, du jeune Hank (Denis Weaver) qui lui déclare sa flamme... Le pauvre David est forcément mis également à rude épreuve dans l'histoire, devant en plus se prendre dans la tronche quelques coups de l'ultra speed Hill (le gamin s'interpose entre Wilde (son "oncle Charlie" qu'il respecte) et Hill, ce dernier se montrant prêt à tout pour s'emparer d'un flingue et du magot). Si la tempête fait rage dehors, c'est po vraiment la grosse ambiance de fête à l'intérieur.

vlcsnap-2002-04-23-18h40m52s251

Le Charlie fera son ptit lot de révélations auprès de la malheureuse Jean et finira par mettre les bouts par peur de  la police... Il embarque Hill et la blonde dans le périple ainsi que le gamin pour jouer les ouvreurs (c'est po bien honnête honnête, ce plan) ; on aura droit à un carnage en bonne et due forme (la blonde blessée après une mauvaise chute - c'est cet enfoiré de Hill qui l'a poussé - toute piteuse devant sa part du fric étalée dans la neige... l'argent fait ni le bonheur, ni le docteur) avec le gamin se retrouvant au centre des règlements de compte. De la tempête à la peur, tout était déjà dans le titre... Rien de bien nouveau sous la neige avec cette situation tendue inside et cette mortelle randonnée outside ; quant au Cornel, il a bien du mal à nous convaincre tout du long en salopiot de malfrat... Le final neigeux possède son ptit flocon de violence, le chtit David se retrouvant tour à tour en ligne de mire puis en position de tireur (le côté un peu surprising pour ne pas shocking du bazar, le gamin ayant droit en 80 minutes à son lot de trauma, avouons-le). Une série B plutôt basique à déconseiller aux enfants en manque de repères...    

vlcsnap-2002-04-23-18h39m27s169vlcsnap-2002-04-23-18h39m41s53