vlcsnap-2012-03-30-11h42m38s156

Plutôt futé ce ptit polar de la Monogram adapté d'une histoire de l'incontournable Cornell Woolrich aka William Irish. Bonita Granville est deux soeurs jumelles à elle-seule, Linda la gentille et Estelle la po gentille. Elles fricotent avec deux gaziers qui vivent en colloc, Mike (Don Castle) et Johnny (Wally Cassell) ; pour être clair, Johnny fut avec Estelle mais l'a lourdée (l'accusant d'être infidèle) pour Linda et Mike a récupéré Estelle, la soupçonnant malgré tout d'être encore attachée à Johnny (diagramme ci-contre, non, je plaisante). Et pis voila-t-y pas, qu'un soir, alors que les deux hommes furent chacun avec leur douce, Linda disappeared... Ciel, elle a été assassinée ! Comme Johnny avoue s'être disputé avec elle, tout accuse notre homme (victime qui plus est de "troubles" depuis la guerre... ben ouais) qui ne tarde pas à être inquiété par la Police. Il s'enfuit, le bougre, recevant l'aide bienveillante de son pote Mike dans l'affaire... La chasse à l'homme commence et on voit mal comment notre gars va pouvoir s'en sortir... Tout l'accuse et pourtant, comme dirait Jean Yann dans Le Paltoquet, il suffit d'avoir lu deux ou trois romans policiers pour savoir que le plus coupable est innocent... Ok, mais alors, c'est qui ? L'étrange concierge de l'immeuble, le beau-père des deux sœurs jumelles... Hum, hum...

vlcsnap-2012-03-30-11h40m03s135vlcsnap-2012-03-30-11h40m46s55vlcsnap-2012-03-30-11h41m31s239

C'est fait certes avec deux francs six sous mais avouons que l'on se fait gentiment mener par le bout du nez du début à la fin. L'histoire est narrée en flash-back par le gars Mike : quand elle s'achève, un homme a bien été The Guiltyarrêté, il reste cinq minutes de films, on pense que tout est plié... Mike devrait tomber dans les bras d'Estelle, happy end, on ferme la boutique, tout le monde est content... Que nenni, mes enfants, que nenni... On tombe des nus en découvrant in extremis le véritable meurtrier et on se retrouve tout bêta... Mais oui, comment ai-je pu ne pas faire gaffe à ces deux-trois indices tout au long du film.... Rah... Si au niveau esthétique on n'est loin du chef-d’œuvre, c'est clair, on prend un certain plaisir à découvrir cette énième variation sur des sœurs jumelles (encore un véritable sujet de thèse dans le film noir...). Le film nous gratifie également au passage de quelques scènes incontournables dans le genre : une visite glauque à la morgue, des types qui pointent méchamment leur gun et des coups de feu qui partent au plafond ou dans une main dans la bagarre, des baisers forcément fougueux, l'ombre morbide d'un pendu ou encore une inquiétante scène du crime sur laquelle le criminel rev... et ouais... Allez, pitit plaisir coupable...  

vlcsnap-2012-03-30-11h43m33s178vlcsnap-2012-03-30-11h39m06s67