vlcsnap-2002-03-29-14h21m40s226

L'excellent Richard Conte se retrouve en flic infiltré dans un hôpital - ouais, il a suivi auparavant une formation, s'agit pas non plus de sacrifier les malades. Un chirurgien a été retrouvé mort d'une balle dans la tête et comme les chirurgiens ont quand même peu d'ennemis (comparés aux garagistes), il va falloir percer cet étrange mystère... En intro, Conte est tout fier de nous annoncer que le film a été tourné dans un vrai hôpital ; on va d'ailleurs avoir droit à une visite in extenso des lieux lorsque Conte prendra sa fonction... Eh sinon... Ben sinon, il est vrai qu'on a pas grand-chose à se mettre sous la dent pour tout dire. Au rang des suspects, le tour est vite fait puisqu'il y a dans l'hôpital un vieux (Richard Taber) aux airs de Gollum qui prête "gentiment" de l'argent aux docteurs et l'infirmière (Coleen Gray) qui travaillait dans le même service que le chirurgien assassiné et qui était par ailleurs plus ou moins fiancé à lui - vu la façon dont elle mate Conte, on se dit que la chtite ne doit pas trop savoir ce qu'est le deuil et qu'elle pourrait bien cacher quelque chose, la bougresse... On a beau regarder à droite à gauche dans les couloirs, on voit mal (un malade en chaise roulante... nan) qui d'autre pourrait bien être impliqué dans cette histoire. Comment ça, on a déjà fait l'enquête ? Ah bon.

vlcsnap-2002-03-29-14h22m13s56vlcsnap-2002-03-29-14h22m18s116

Il va y avoir tout de même une seconde disparition louche et la police (les cons, aucune communication entre les services...) va se mettre à soupçonner ce bon Conte... Il leur raconte en plus un alibi pourri - hier soir, à minuit, ben j'étais au cinoche... quel film ? Ben, je crois que j'ai dû m'endormir... - mais il est sauvé par son chef qui pénètre dans le Commissariat. Conte n'a po vraiment avancé dans son enquête donc il va tenter de la jouer finaude en empruntant de plus en plus d'argent à Gollum... Ça va po manquer, il ne va pas tarder à être victime d'un chantage... Je savais bien que ce Gollum n'avait pas l'air bien franc. Si on a un peu de mal à comprendre le sens du titre - quand la ville dort, on peut faire des ptits trafics sans être vu... mouais, c'est faible -, on saisit en revanche plutôt bien l'effet du film sur le spectateur... Est-ce l'ambiance chloroformée de ces couloirs, ces petits matins gris où sur des trottoirs déserts un chirurgien vient fumer sa clope... Le fait est que le film de Sherman a comme un étrange effet léthargique. Pour le fan invétéré de Conte, sinon je ne vois pas trop.

vlcsnap-2002-03-29-14h24m17s6