vlcsnap-2011-10-26-17h53m17s157

Truffaut considérait ce film comme un grand film malade. "Grand film" écologique, c'est en tout cas sans discussion possible, puisque le héros, Walt Murdock - Christopher Plummer (un peu tendre, jeune homme) - va se battre contre l'exploitation de plumes d'oiseaux, une exploitation qui profite à beaucoup de monde : d'un côté les notables de la ville qui en font le commerce avec les putasses du coin - dont ils sont les clients... - et de l'autre des salopiots de braconniers qui tirent sur tout ce qui bouge pour gagner leur vie. Walt, rapidement viré de son poste de prof de science-nat, est propulsé garde-chasse et va devoir affronter le chef de la bande de braconniers, un type à la barbe rousse flamboyante poétiquement surnommé Cottonmouth (Burl Ives - plus roux, c'est jaune...). Un film "malade" : à bien y regarder, faut reconnaître que ces marais de Floride (Miami, à la fin du XIXème : po vraiment un pays de Cocagne) pullulent de saloperies ; je ne parle pas seulement des bestiaux qui rôdent - crocodiles, serpents, jaguars... - mais également de toutes les maladies qui traînent - comme la dengue... Vous allez me dire, et c'est bien vu, mais c'est le film qui est malade, pas les gens ! Certes, disons alors pour aller dans le sens de la Truffe, que ça péchouille quand même un peu au niveau du rythme et que certains thèmes ne sont finalement que tout juste effleurés - c'est bien beau de montrer du doigt ces tueurs, mais quid de ces prétendues routes que l'on ne cesse de construire et qui vont tôt ou tard avoir une influence sur l'équilibre naturel du lieu ? Hein ?... A ce sujet, même le héros botte en touche : "je n'ai rien contre" - c'est un ptit peu facile mon ami...

vlcsnap-2011-10-26-17h53m41s123vlcsnap-2011-10-26-17h53m50s231

Ray se concentre - toute la dernière demi-heure du film, soit un bon tiers de l'oeuvre - sur la confrontation entre Walt et Barberousse. Notre ex-prof est remonté comme une pendule pour aller dénicher dans son antre ce chef de bande qui massacre à tout va. Celui-ci vit avec ses enfoirés de comparses littéralement dans la boue et on se dit qu'on va assister à un combat entre le patron de Géo et celui de Pêche et Tradition. Que nenni, en fait. Ray évite de tomber dans le piège manichéen et le caractère de ses personnages n'est en rien sclérosé ; les deux vont d'ailleurs se trouver quelques points communs lors d'une séance de picole d'anthologie - putain l'alcool de serpent frelaté, ça doit te donner le lendemain un mal de tronche, j'y pense même pas. Cottonmouth a une certaine notion de la liberté individuelle et défend haut et fort son besoin de se retrouver en marge. Là où le bât blesse, c'est qu'il a une vision relativement darwinienne de la nature : détruire un max pour survivre avant de se faire bouffer par elle - c'est facile de jouer les gros bras avec un flingue ; enfin comme on dit chez nous qui fait le malin, aura le venin...

vlcsnap-2011-10-26-17h54m25s60

Walt a également de bien beaux discours mais peine à faire le poids face à ces autochtones qui ont une redoutable connaissance du terrain. C'est bien gentil de faire son Thoreau, encore faudrait-il savoir ce qu'il y a à bouffer pour survivre dans un tel cadre... Les deux hommes, pétés comme des coings, vont finir au petit matin par se lancer un véritable défi : essaie de me ramener vivant aux autorités, dit Barberousse à un Walt tout hagard; je ne vais pas me défendre mais si jamais tu t'endors en route, tu risques de ne jamais te réveiller... Barberousse a beau être un sale type - c'est un chasseur, donc forcément (ouais.... ok pas tous... quoique) -, son sens de l'honneur va indéniablement marquer des points lors de cette aventure... tragique. Beau voyage technicolorisé "au coeur - sombre - des marais" mais qui manque peut-être un peu d'intensité, de suspense et qui laisse donc aussi un peu trop facilement tomber en route ces notaaaaaabbles de la ville en charge du "progrès". Beau film un tantinet à l'arrêt / à la Ray - chacun ses formules, ça va...

vlcsnap-2011-10-26-17h58m15s67vlcsnap-2011-10-26-17h58m50s153