vlcsnap_2011_05_15_17h25m00s23vlcsnap_2011_05_15_17h25m53s61

Ah ces fabuleux jeux de société à l'époque où le Monopoly n'existait point... Que d'occasions pour se voler des baisers, montrer sa maîtrise de cette si belle langue française, déconner grave en montant des mini pièces de théâtre pour faire deviner une charade... Sans vouloir être caustique, je pensais, vue la qualité des images, des décors ou des rouflaquettes, que cela datait, au moins, des bonnes vieilles années 70. Oups 1989, ah oui, cela s'est déjà pris un chtit coup de vieux alors... Découpé en six parties, ce film de Rohmer nous donne l'occasion de découvrir une foultitude de gages à faire entre amis (le fameux baiser à la Capucine ou celui de lièvre que, pas chien, je vous livre en images), des anecdotes poilantes sur le Colin Maillard avec des petites nenfants, des exercices verbaux de haute volée tels que J'aime mon amant par A. où il faut se tripatouiller la cervelle pour trouver des mots... en "a", le jeu de la Mouche où la pauvre Alexandra Stewart se retrouve entourée de comédiens que Rohmer a dû trouver dans une maison de retraite, le jeu des Rois et des Reines adapté de l'incontournable Jeu de Robin et Marion d'Adam de la Halle qui devrait raviver de bons souvenirs à l'ami Gols (moi qui fus en mon temps un demi-dieu en ancien français, j'ai bien dû piper un mot sur douze... tout se perd, de par Dieu !) ou encore la méga bamboche du jeu des charades avec un Pascal Greggory sous acide (il ne me la fait po à moi...). Nos acteurs (jeunes et débutants pour la plupart) ont plus ou moins de mal à gouailler en français ou en françois, et c'est vrai qu'il faut quand même être dans une forme olympique pour se piquer "aux jeux" (mais bon, Gols s'attelant à tout Straub et Huillet, on peut aussi faire des efforts parfois...). Quand le final - une chansonnette en chorus - survient, il faut tout de même reconnaître qu'on est gonflé à bloc pour se lancer dans, genre, une compète de "dessinez c'est gagné", voire toute une nuit karaoke. Perso, j'ai préféré aller me coucher et ne regrette franchement rien...

vlcsnap_2011_05_15_17h29m54s127

L'Odyssée de Rohmer est