Avec tout le respect que je dois au grand Jacques, son dernier film m'est tombé des yeux à tel point que j'ai dû aller le récupérer chez le voisin du dessous... Un film sur le cirque qui tourne en rond ? euh, disons plutôt à vide (la piste comme lieu de "tous les dangers et de tous les possibles", ok, mais il ne se passe rien...) Un refus volontaire de tout spectacle, de tout aspect spectaculaire ? Soit, mais comme les personnages semblent totalement désincarnés, sans réelles motivations (de pseudo marivaudages qu'on oublie totalement de traiter au cours du film pour nous en donner que l'issue - machine quitte machin pour partir avec machin, super ; un traumatisme (pauvre Jane Birkin...) résolu en deux coups de cuiller à pot, pardon en deux coups de fouet...), l'émotion est également affreusement absente... A l'image de cette séquence d'ouverture où notre amie Jane est en panne (de bagnole : une méga-métaphore sur ses peines de cœur, son vague à l'âme... Mouais...), l'ami Rivette semble non seulement en panne de budget mais aussi d'inspiration. On a beau tenter de s'accrocher comme un beau diable au personnage de Sergio Castellito qui tente de se dévouer corps et âme à cette troupe de cirque orpheline, on a bien du mal à comprendre ce qu'il recherche vraiment... Non, franchement, avec toute la meilleure volonté du monde, cette ultime œuvre de Rivette m'a paru bien vaine. Désolé.

pic_saint_loup_haut