vlcsnap432044ow7

On continue dans le Flaherty avec cette œuvre champêtre et louisianesque d'un gamin qui s'amuse comme il peut dans le bayou avec son raton laveur. Cette histoire qui mêle enfance, animaux sauvages (l'alligator veille) et flore endémique (à moins qu'un biologiste me contredise mais avec un peu de chance il ne lira jamais ces chroniques) n'est point sans faire penser à l'univers d'un Albert Lamorisse avec son Crin blanc. Beauté indéniable des images - superbe contraste et magnifique luminosité -, sens de l'aventure (l'alligator va t-il bouffer le raton laveur, notre jeune héros cajun va-t-il faire la peau à l'alligator, le héron (?) local va-t-il s'envoler ? - il ne se passe pas des tonnes de trucs non plus, vous allez me faire remarquer, oui, c'est vrai, mais d'un autre côté, au contact de la nature, il faut savoir être patient, parfaitement), autochtones captés dans leur quotidien (ah ce bien bel accent si chantant... in french dans le texte)... et puis oh ben tiens des prospecteurs de pétrole ! (Ce n'est pas vraiment dangereux pour l'environnement ? On a dit qu'on ne rigolait plus avec ça dans le coin, désormais). Notre gamin a forcément un peu peur de ces grosses machines mais il est quand même dans l'ensemble assez jouasse de voir un ptit changement dans son univers quotidien. Certes, le gros bazar ne va pas se montrer hyper eco-friendly puisque suite à une explosion de gaz (schéma ci dessous sauf si j'oublie) des litres de pétrole vont se déverser dans ce paradis sauvage - si tu enlèves ces enfoirés d'alligators. Mince, on risque de ne pas pouvoir exploiter les ressources du coin. Heureusement, le gamin sait comment il faut s'y prendre pour charmer les esprits des lieux, et après un incroyable tour de magie, l'exploitation du pétrole sera soudain possible - si vous cherchez un responsable de la pollution actuelle, voici la photo du bambin ci-dessus. Magnifique, merveilleux, incroyable, l'alliance parfaite du panthéisme, de la connaissance de la Nature et de la Science, de l'Industrie moderne (Robert nous montre tout de mêmes ses éventuels dangers, certes, ne soyons point totalement caustique). Grâce à ce succès, le père du gamin (qui avait donné l'autorisation du forage) a pu se faire de la thune et regardez ces magnifiques cadeaux (on n'arrête plus le progrès) qu'il offre à la famille : pour sa femme, un ustensile de cuisine (j'en rêvais), pour le gamin, un nouveau fusil... (oups). Pas vraiment sûr qu'il s'agisse du film de chevet du boss de Greenpeace mais, cette petite réserve mise à part, avouons que cette œuvre de Flaherty nous propose un charmant voyage dans les mystères du bayou, tout en bénéficiant d'un esthétisme ultra soigné - le meilleur film sur un raton-laveur, de mémoire de cinéphile.

vlcsnap842162ot3