vlcsnap_2011_03_27_21h14m08s185

Si vous cherchez de la trame solide et des personnages intéressants, inutile de vous déplacer pour découvrir cette petite oeuvre de Mann : tant d'un côté que de l'autre, le film est décevant. Dans un billant paidoyer démocratique, Mann se pique de raconter la dure vie des immigrés clandestins mexicains aux Etats-Unis. Constatant que de nombreux Mexicains se font assassiner par des milices à la frontière, les polices des deux pays envoient un type infiltrer le milieu pour découvrir qui dirige le trafic. Enquête vraiment peu passionnante, attendue, et qui laisse rêveur dans sa conclusion : c'est comme si toute la violente Histoire de l'immigration illégale aux States reposait sur les seules épaules d'un gusse ; tuez le gusse, et hop tout va bien. Le dernier plan, qui montre enfin ces braves Mexicains travailler légalement et dans le bonheur sur le sol ricain es assez sidérant : ce qui avait commencé sur un ton très gauchisant se termine dans le cliché le plus simpliste, c'est terrible. Comme en plus, les personnages manquent cruellement du glamour néessaire à l'identification du spectateur, on suit cette trame improbable mollement, ne tremblant jamais pour les héros, se foutant quelque peu des rares péripéties vraiment prenantes, constatant simplement le souci de véracité dans les détails que Mann se plaît à utiliser : filatures, protocole brumeux de la clandestinité, sont assez bien rendus, même si les réunions de boulot entre flics semblent bien peu sérieuses et incompréhensibles vu la gravité du débat.

vlcsnap_2011_03_27_19h29m55s123

Mais n'enterrons pas pour autant trop tôt ce film : malgré l'ingratitude de ce qu'il a à filmer, Mann le filme plutôt bien et se montre talentueux dans la mise en scène. Beaucoup aimé, par exemple, cette multitude de gros plans torves, qu'on croirait sortis du cinéma russe, sur les méchants du film, tous issus de ces trognes de western que Mann affectionne. Le gars soigne ses lumières, ses ambiances, et certaines scènes sont très réussies dans le côté visuel : la première séquence, presque muette, où on voit trois Mexicains brutalement assassinés par une horde de bandits, est implacable dans sa construction de plans, dans l'espèce de fatalité, rendue concrète par le montage, de la mort de ces trois zigues. Grande qualité de la mise en scène, d'ailleurs : cette violence impressionante, sèche, qui prend tout son temps pour se dérouler, et qui confère au bazar une gravité et une rugosité précieuses. L'assassinat d'un type avec une machine agricole, grand moment de montée d'adrénaline et de visages torturés, ou cette belle idée de sables mouvants sous lesquels on enterre les cadavres gênants, sont des motifs qui vont au bout du bout de la violence. Cela donne un peu de vérité à un sujet par ailleurs survolé et gentiment lissé ; qu'on y voie de "vrais" morts lui donne la brutalité et l'aspect direct qui manquent à son scénario. Petit film, oui, mais intéressant à pleins d'endroits.

Border_Incident