vlcsnap_34992

Sûrement un des rôles les plus antipathiques du gars Humphrey Bogart, qui se laisse bêtement entraîner dans un genre de Ku Klux Klan... encore plus radical ; leur slogan : "L'Amérique aux Américains, dehors les étrangers". Ah, ils s'auto-détruisent donc ?... Que nenni, ils parviennent à trouver des ennemis "externes" en s'en prenant aux Polonais, ou aux Irlandais sans trop sembler franchement réfléchir à leurs propres racines. Humphrey se fait enrôler dans cette fameuse Black Legion après avoir eu le sentiment de s'être fait piquer sa promotion, en tant que contremaître d'usine, par un certain Dombrovski. Plutôt que de reconnaître que le gars a dix fois plus de faculté que lui, il cèdera à la vengeance facile en suivant l'un de ses collègues qui l'introduit dans cette organisation secrète : rien que le serment d'allégeance (Bogie à genoux, un flingue sur la tempe qui jure d'aller en enfer plutôt que de trahir ses camarades - même lui a du mal à y croire...) est une sacrée comédie en soi (les types ont peint sur leur capuchon un "logo de la mort" qui ferait passer celui des bras-cassés de Ghostbusters pour du travail de pro) mais il faut surtout voir par la suite notre Humphrey se la péter devant sa glace une fois qu'il a acquis son flingue pour toucher au fin fond du ridicule : Bogie fout son gun dans son slip (j'invente rien), serre les poings et roule des épaules comme un gorille, tout fier de son nouvel achat. On aurait envie de lui crier "pauvre type" si on avait pas autant d'affection pour la Légende qu'il incarne.

vlcsnap_35382

Forcément, ce groupe de couillons de blancs affreusement lâches (font les marioles en meute sous leur capuche mais au moindre pépin mouillent leur culotte) agit avant tout pour servir des intérêts perso (ils brûlent notamment la ferme de la Dombrovski family avant de les jeter dans un train) sans même se rendre compte que les grands manitous de la secte leur pompent un maximum de fric. Bogie file un très mauvais coton et tombe dans une spirale infernale : il déconne grave sur son lieu de travail en cherchant à enrôler un jeune gars, perd dans la foulée sa position chèrement acquise (il s'est foutu en passant des crédits sur le dos : achat de bagnole rutilante et d'un aspirateur (en 37, ça coutait un oeil) pour sa femme (la craquante Erin O'Brien-Moore, tout un programme)), se venge contre celui qui lui a repris sa place (son voisin et pote Irlandais !) en menant une virée punitive contre lui, picole comme un âne, se fait lourder par sa femme... C'est finalement bien fait pour sa tronche de dromadaire ignare mais il n'a pas encore totalement touché le fond ; il avoue, bourré, à l'un de ses derniers amis l'existence de la société secrète, mais paniqué à l'idée que celui-ci dénonce la secte à la police, il contacte sa Black Legion pour l'intercepter ; son ami résiste, tente de s'enfuir et Bogie le flingue de quatre balles dans le dos... La police ne tardera point à lui mettre le grappin dessus et notre homme est enfin prêt à tout avouer : c'est sans compter sur le chantage que va exercer sur lui les types encagoulés (tu parles, ta femme et ton gosse morflent). Bogie va-t-il faire dans son froc ou avoir un ultime sursaut de dignité, de lucidité et de sagesse ?... Hum, hum...

vlcsnap_35721

Le sujet n'est pas inintéressant en soi - bon, je vous rassure, on aura droit à une belle et grande morale finale où la Constitution Américaine - liberté, tolérance, recherche du bonheur... - brillera en lettres d'or -, dommage que le scénario soit aussi simpliste et sans surprise dans son déroulé. On conclue le tout avec une scène de procès où notre Bogie se liquéfie sur son siège - a fait la malin, est tombé tout du fond du ravin -, osant à peine jeter un oeil sur la petite frimousse de sa douce toute bouleversifiée par les terribles mensonges qu'il déblatère... - joli plan final, reconnaissons-le au passage, sur le visage effaré de la chtite Erin qui apporte in extremis une pointe d'émotion dans ce récit un peu secos. Une Mayo pimentée par ses ingrédients de départ mais un peu plat tout de même au palais, dans sa réalisation.             

vlcsnap_35970