800_cronos_blu_ray_12

Bon ben décidément, je ne suis pas dans un grand jour. Je pensais que ce Cronos allait me remonter comme une pendule et il me laisse exsangue de lassitude (me suis ennuyé à cent sous de l'heure, c'est ça). Cette énième variation sur une histoire de vampire moderne avec un soupçon de Highlander (il ne peut y en avoir qu'un, d'immortel, cool), de Frankenstein (c'est quoi ce maquillage tout bleu avec des pustules ?), de religiosité - notre héros, Jesus Gris (ce nom me rappelle quelqu'un mais qui exactement ?...), ne cesse de ressusciter, et d'alchimifumisterie (un incroyable petit objet, qui donne l'immortalité, créé il y a de cela bien bien longtemps par un savant, avec, à l'intérieur, un insecte qui contrôle cette magnifique petite mécanique suisse) ne m'inspire pas vraiment grand chose... L'objet en soi, pourtant, avec ces petites griffes qui s'insèrent méchamment dans la peau, avait pourtant au départ un petit côté cronenbergien tout à fait haletant. Mais on déchante bien vite avec cette mise en scène platouillette - si Del Toro soigne ses éclairages, il oublie ses acteurs et toute idée de rythme - qui s'éternise (c'est le mot) sur des relations entre un bon papy qui a voulu jouer au malin et sa petite fille muette (manque une plante et on est chez Besson). Notre homme est tout content au départ de ce petit bain - sanglant - de jouvence, se rase, de plaisir, sa petite moustache pour redevenir séducteur, et pis ?... Ben, il y a un type super jaloux qui va lui amener bien des problèmes. Et franchement, notre papy, il regrette grave, pasqu'avec sa peau toute bleue mangée à l'acide, il sent bien qu'il va finir par faire peur à la pauvre gamine. Celle-ci se montre néanmoins bien patiente, finira même par sortir un mot et cela suffira au bonheur de notre papy qui peut s'en aller rejoindre le monde d'Avatar. Bon, moi je veux bien qu'il s'agisse du premier film du gars del Toro, mais franchement son pseudo univers zarbi se révèle, à l'usage, dix fois moins détraqué et intriguant que celui, justement, d'un Cronenberg. Cronos, film sinistre, guère effrayant, qui me laisse impassible... (...).   

800_cronos_blu_ray_4