imgHabitaci_n_En_Roma2

Nuit d'été en ville à Rome avec une blonde russe à la place de Jean-Hugues Anglade ? Pourquoi pas, d'autant qu'elle a quand même quelques rondeurs avantageuses, avec tout mon respect, Jean-Hugues. Room in Rome n'est pas loin d'être le pire truc que j'ai vu cette année si je mets de côté une poignée de comédies françaises hors-concours. On assiste pendant cent-dix minutes (je les ai toutes comptées) à une pauvre discussion entre  deux charmantes femmes qui ont trop flashé l'une sur l'autre (une nuit, un hôtel), avec en bonus quelques séquences d'attouchements qui feraient marrer mon petit frère si j'en avais un. Des dialogues indigents et ridicules ("Ma mère espagnole est partie en Arabie Saoudite pour vivre avec un émir, mais elle est ensuite parvenue à s'échapper grâce à sa servante égyptienne qui l'a mise sur un bateau grec" - on se croirait presque aux Jeux Olympiques...), des personnages qui s'inventent leur vie avant de raconter la vérité, toute la vérité (avec son lot de drames que t'y crois même po) pasqu'elles se sentent vraiment trop bien ensemble, là (l'une a une maîtrise en histoire de l'Art sur la Renaissance, l'autre est ingénieure, créant des vélos écologiques qui roulent à air comprimé (trop classe!)... et moi, je suis ministre de la culture ; on voit bien que Julio Medem a vachement hésité sur leur background : il avait pensé au début à ouvrière chez Renault et caissière à Auchan et pis nan en fait) et des clichés tellement lourdingues qu'on se dit que ça doit venir du prénom (Julio a signé le scénar, ouais) : on se tape l'aube avec la lumière qui est tellement super belle, un serveur italien d'opérette (dans tous les sens du terme), des Cupidons en veux-tu en voilà avec une séquence qui culmine dans le pathétique, celle où une véritable flèche (my god!) est plantée dans le sein de la brunette - mais c'était juste un symbole, ah ok. J'oubliais la musique, quatre pauvres airs qui reviennent à l'envi toutes les dix minutes dans les moments creux, c'est à dire pendant environ cent-dix minutes. Bref un must.

imghabitaci_n_en_roma3