a_Rainer_Werner_Fassbinder_The_Stationmasters_Wife_DVD_Review_Bolwieser_PDVD_007

"Une femme peut décaniller la vie d'une dizaine d'hommes et survivre" - traduction personnelle. C'est vrai que ce pauvre Bolwieser, chef de gare, est tombé sur un sacré numéro en épousant la gâte Hanni - la femme du. On sent qu'il est fou amoureux d'elle, que la passion le dévore, mais qu'il a aussi de telles pelures de saucisson dans les yeux qu'il risque de tomber bien bas. Il s'accroche à sa douce qui le manipule comme un yoyo avant d'être victime d'un véritable jeu de massacre. Manon était perfide, Hanni (chafouine et fatale Elisabeth Trissenaar) est une vraie salope, même si par devant elle semble le plus souvent toujours au petit soin pour son mari. C'est bien gentil de vivre d'amour et d'eau fraîche en étant un grand naïf : la claque est lourde lorsqu'on se réveille un matin entre les quatre murs d'une prison pour avoir été un peu trop couillon.

bolwieser26fk

Les Bolwieser - surtout lui - semblent n'en avoir jamais assez de consumer leur amour ardent. La femme, cependant, a rapidement d'autres projets : elle propose à son mari de prêter de l'argent à un de leurs amis, le boucher du coin, pour qu'il monte un commerce - ils toucheront ainsi, si tout va bien, un petit pourcentage sur les bénefs. Bolwieser accepte sans voir que, dans le package, il est inclus qu'Hanni devienne l'amante de ce moustachu de boucher. Notre chef de gare a beau être totalement aveugle, il n'est pas non plus complètement sourd et il finit par en avoir assez des "rumeurs" qui traînent en ville sur les liaisons adultères de sa femme ; cette dernière ne se démonte guère - mais c'est honteux ! - et l'histoire se termine au tribunal avec la femme et le "prétendu" amant qui portent plainte contre trois de leur concitoyens pour calomnies ; ils gagnent leur procès avec, au passage, un faux témoignage de Bolwieser qui a cherché à cacher au maximum les suspicions qu'il avait lui-même sur sa femme - il s'en mordra les doigts, voire le poing. Hanni triomphe et ne tarde point à trouver un second amant en la personne du coiffeur. Bolwieser est toujours hors du coup mais le boucher - jaloux qu'Hanni le laisse tomber - est loin d'avoir dit son dernier mot. Il cherche à manipuler Hanni mais c'est encore ce pauvre Bolwieser qui va se faire, sur l'action, complètement rouler dans la farine - et finir en tôle... La salooooppppeeee....

a_Rainer_Werner_Fassbinder_The_Stationmasters_Wife_DVD_Review_Bolwieser_PDVD_005

Fassbinder s'en donne comme bien souvent à coeur joie avec l'utilisation des miroirs : qu'il s'agisse de traduire les faux semblants d'Hanni ou l'image d'un Bolwieser qui se morcelle peu à peu à mesure qu'Hanni le trahit, nombreuses sont les séquences qui jouent avec les reflets des deux personnages principaux. On a presque l'impression, en avançant dans le récit, que le personnage de Bolwieser se liquéfie progressivementv: individu totalement dupe au départ des manigances de sa femme, il semble progressivement se vider de sa chair, de son âme et les dernières séquences de le montrer plonger dans un véritable état d'hébétude. Incapable de se défendre, simple marionnette dont la femme tire les ficelles, ce petit fonctionnaire en Allemagne nazie va finir totalement - et littéralement - au fond du trou. Un Fassbinder, mené tambour battant, relativement savoureux et ce d'autant si l'on est d'humeur particulièrement caustique.

Fassbinder ist in there