afghan_star_xl_05__film_A

Si je vous parle de la Star Ac, vous allez m'insulter et vous n'aurez pas tort. Mais si je vous parle de la Star Ac version afghane, déjà vous allez moins faire les malins. Un peu moins que les concurrentes, justement, pour lesquelles un pas de danse peut rapidement être synonyme d'une balle dans la tête. Pasque même si les ignobles Talibans (je dis ça alors que je n'en connais aucun personnellement, remarquez bien) n'ont plus totalement la main mise sur le pouvoir, l'Afghanistan n'est toujours pas dans le top 10 des pays les plus à la coule - c'est po une info, non. Mais recentrons-nous sur ce doc : Havana Marking décide donc de suivre, en particulier, quatre concurrents de cette émission ultra populaire en Afghanistan (même les Talibans, justement, votent pour leur candidat préféré par SMS : c'est dire - cela peut se révéler tout de même un peu béta à l'usage, car les troupes occidentales peuvent ainsi facilement les repérer, autant dire que le SMS peut s'avérer méchamment couteux) qui viennent de différentes régions et donc d'ethnies différentes. Derrière le joli et sympathique discours du producteur de posterl'émission qui aimerait tant que la musique remplace les armes dans les centres d'intérêt de la jeunesse, on se rend compte que la compète est loin d'être aussi "fun" tant la loi islamique n'est pas du genre à vraiment tolérer certains "écarts"... Ainsi, le grand moment fort du film (qui m'a personnellement pris aux tripes, mais j'étais dans un jour un peu caramel mou) survient quand l'une des candidates pachtounes (po l'ethnie la plus ouverte...) se met à esquisser quelque pas de danse sur scène et à enlever son voile; si on imagine aisément que pour les barbus, la barbe leur tombe du menton, les réactions scandalisées de la plupart des personnes interrogées (voire certains candidats) font relativement frémir... A tel point qu'on serait à peine étonné que la chtite reçoive une balle en sortant de scène ou sur le chemin qui la ramène dans sa famille. L'ambiance est tendue comme une burqa, et on se dit qu'il reste du chemin avant que ce pays revienne juste un poil sur les rails de la tolérance (surtout lorsque l'on compare avec les images filmées au début des années 80 où l'on voit que le port du voile n'avait rien d'obligatoire...). Le second point mis en avant par le producteur, c'est le fait que la compétition participe réellement au sentiment "d'unité" nationale, certaines personnes votant pour des gens d'ethnies différentes : cela a l'air de rien mais semble un véritable pas en avant - certes, on sent bien pendant le doc que chaque région défend son champion, mais c'est de bonne guerre (...), un peu comme Miss France, hein... Outre ces deux aspects, c'est aussi un plaisir de voir des images de ce pays sans qu'on nous parle d'une explosion ou d'un attentat, ce qui est généralement le cas depuis 30 ans. Bref, même si Marking ne traite pas en profondeur des multiples tensions (politiques, culturelles, historiques...) qui règnent au sein de cet immense pays (ce n'est pas non plus le sujet), elle s'attache à nous faire découvrir de "vraies gens" et à leur donner la parole (des responsables de l'émission aux candidats et à leur famille en passant par les fans du bazar) dans un contexte plutôt inattendu; c'est forcément instructif et souvent éclairant, notamment lorsqu'il s'agit de débattre de la notion de liberté et de la condition des femmes. Quant à la compète elle-même, on s'en bat un peu le coquillard, même si le choix de certaines chansons est loin d'être toujours innocent. En un mot, n'hésitez point à y jeter un oeil pour lever une (petite) partie du voile sur ce pays ravagé.      

afghanstar_001