vlcsnap_2010_05_18_18h28m33s153Agréable petit film de casse comme on les aime, qui draîne son lot d'arnaques à tiroirs, d'arroseurs arrosés et de coups de théâtre de derrière les fagots. Bon, il est clair que Fabián Bielinsky n'a pas inventé la mise en scène, et qu'il se fout un peu du style. C'est plat et fonctionnel, certes. Mais l'intrigue est suffisament rigolote (malgré les couches excessives de surprises dans les dernières minutes, qui finissent par être trop improbables) pour qu'on suive ça avec bienveillance pour peu qu'on ait un sachet de Monster Münch à portée de main. D'autant que l'interprétation est parfaite : décidément, ce Ricardo Darin, qu'on voit aussi dans El secreto de sus ojos, a bien du talent, et joue avec une très belle intensité et beaucoup d'humour ce personnage d'escroc à la petite semaine placé sur un trop gros coup. L'accumulation des calamités qui lui tombent dessus, alors qu'il est convaincu de son brio en tant qu'arnaqueur, finit par faire de son petit personnage un être touchant et assez poilant ; à ses côtés le lymphatique Gaston Pauls use d'un hilarant numéro de Droopy dépassé. Le duo est vraiment bien senti, et la tramette que le scénario leur concocte devient une vraie petite odyssée vlcsnap_2010_05_18_20h40m37s37haletante : comment vendre des faux timbres à un millionaire en quelques heures quand on a toujours été un voleur de supermarché ? C'est Ocean's 11 dans une tasse de thé, avec dix fois moins de fric et en Argentine ; c'est sûrement moins glamour mais tout aussi amusant. Après, pour voir du cinéma, mieux vaut frapper à une autre porte, je ne dis pas le contraire. Il se peut aussi que la plupart des rebondissements puissent être devinés longtemps à l'avance par n'importe quel spectateur de ce type de production. Moi, j'ai marché...