800_hausu_PDVD_018

Si vous êtes à la recherche d'une oeuvre japonaise complètement berzingue et déjantée, aucun doute que vous frappez à la bonne porte, tant cette maison-là est habitée du début à la fin d'une imagination et d'une invention visuelle hors catégorie. Effets spéciaux faits aux ciseaux et à la main, séquences de kung-fu filmées à trois mille à l'heure, jeune fille en fleurs véhiculant un doucereux érotisme, scènes d'horreur qui feraient rire ma grand-mère et hérisseraient les poils de mon chat, clip gigantesque qui frôle la poésie ou flirte avec le mauvais goût kitschouille, il y a tout cela et encore beaucoup plus dans ce conte des sept nippones où Blanche Neige se révèle diabolique... C'est résolument foutraque, la musique est parfois à la limite de l'audible (ces terribles années soixante-dix et ces types qui ne savent plus quoi faire avec un synthé), les décors sentent encore la sciure et la peinture est encore fraîche, mais faut reconnaître à Obayashi de ne reculer devant rien quand il s'agit de jouer avec les couleurs, le montage, les mouvements de caméra et tout le bazar technique. On ressort un peu échevelé de ces quatre-vingt dix minutes qui pètent le feu, ne sachant pas vraiment sur quel pied danser devant cette oeuvre réalisée par un mix entre Terry Gilliam et Dario Argento sous acide, mais il faut avouer qu'il est finalement assez rare de mater un tel pudding cinématographique... - je suis encore entre la surprise béate et une impression de trop plein...

800_hausu_PDVD_022

Suite à l'annulation de son plan pour les vacances, Angel invite ses six camarades de classe à venir passer l'été chez sa tante : si chacune a un nom digne des sept nains, elle sont tout de même terriblement plus sexy : Mac, qui a toujours envie de bouffer mais dont le mini short rend joyeusement hommage à ses gambettes, Prof avec ses petites lunettes d'intello, Kung-fu qui passe le film à se balader dans une petite culotte affriolante, Melody, pianiste, Fantasy, jamais à court d'imagination (forcément), et enfin Sweety. Elles prennent donc leur quartier dans l'étrange demeure de la tante qui semblent cacher (la demeure et la tante...) de bien étranges secrets. Ces vacances vont finalement se réduire à une seule nuit, nuit durant laquelle le groupe va perdre successivement tous ses membres (euh quand je parle de membres, il s'agit aussi bien des personnes que des divers doigts, têtes, jambes, bras qui vont finir tronçonnés). La tante n'ayant pu se marier avec son fiancé, mort à la guerre, son esprit a tendance à "prendre possession" (doux euphémisme) de toutes les jeunes filles en âge de se marier. Autant dire que la jolie petite histoire avec ces êtres nubiles va se transformer en méga carnage.

800_hausu_PDVD_006

Rien de bien extraordinaire au niveau du scénar, pourriez-vous me faire remarquer, nan, pour la bonne et simple raison que c'est plus au niveau visuel qu'Obayashi lâche les chevaux : on a souvent l'étrange impression d'assister à une véritable "cacophonie" imagée, le cinéaste se plaisant à mélanger tous les genres qui lui tombent sous la main - horreur, romance, érotisme, dessins animés, kung-fu, gore, poésie, film animalier... le moins qu'on puisse dire c'est que ça déménage à tous les étages. Difficile de chercher à s'arrêter sur une séquence en particulier - la fille broyée dans le piano, celle liquéfiée par une pendule, cette autre dont la tête prend la place de la pastèque attachée à la corde du puits... - voire même sur une image - ces lèvres peinturlurées de rouges, ce bon vieux gros chat blanc avec ces yeux-laser (!), ces couchers de soleil de carte postale en toile de fond - tant l'ensemble constitue un véritable bordel qui part à hue et à dia... On peut en ressortir un peu épuisé - genre "tout ça pour ça !" - comme on peut s'incliner devant cette première oeuvre d'Obayashi qui ne recule jamais devant aucun délire, pimentant son récit d'une trouvaille visuelle toutes les cinq secondes (quitte à parfois tomber dans le grotesque ou l'image d'Epinal, pour être franc). Hausu n'en demeure pas moins une expérience décapante un peu faite, certes, de bric et de broc mais habitée (pour ne pas dire hantée) d'une énergie sauvage et que je vous invite donc volontiers à aller visiter. Une attraction vintage, sans aucun doute. 

800_hausu_PDVD_033