19187416

On n'a pas été vraiment emballés par les derniers films de Wes Anderson, et j'avoue que ce sympathique Fantastic Mr. Fox ne va point totalement, pour ma part, inverser la tendance. Même si finalement, en passant par l'animation, cette oeuvre semble presque plus vivante que ses dernières productions un peu sclérosées, en dehors de quelques gags charmants (le renard super zen qui lorsqu'il mange ne se contrôle plus (une fois aurait suffit pour qu'on comprenne, cela dit)) , l'intérêt fait long feu; mêmes les scènes "d'action" (l'animal sauvage aiment à creuser pour s'enfuir loin des hommes) - il en faut pour ne pas que les enfants s'endorment - sont également terriblement répétitives. L'histoire donc, très simpliste (mouais, c'est un conte pour enfants à l'origine, ça tombe bien): un pauvre renard, voleur de poules malgré lui - il a bien tenté de se corriger pour sa chère et tendre (Mr Fox, Clooney, Mme Fox, Meryl Streep, un casting osé (hum)) en devenant journaliste, mais c'est bien connu chez le renard comme chez le cheval, chassez le naturel, il revient au galop - décide de faire le casse du siècle (avec l'emprunt qu'il a sur le dos, le bougre, il a plutôt intérêt). Notre Fox va donc attaquer, avec son ami l'opossum, trois méchants géants de l'alimentation (le gros, le nain, l'hargneux : on est bien dans le stéréotype primaire)) avant que ceux-ci, excédés, se rebellent contre la sale bête : ils deviennent du coup po gentils gentils avec tous les animaux sauvages, détruisant au passage la nature... Même Nicolas Hulot a parfois fait preuve de plus de subtilités dans son discours écolo (le renard et le loup qui font le geste du "black power" vers la fin, mouarff).

the_fantastic_mr_fox_kristofferson_eric_anderson_and_ash_jason_schwartzman

Anderson nous ressert son topo habituel sur la famille zarbi - le fils mal aimé plein de défauts et le cousin parfait adoré - sans vraiment apporter beaucoup de nuances dans les caractères, à l'image de ce Mr Fox, forcément rusé comme un renard, qui dicte littéralement à chacun ce qu'il faut faire (faut dire un oppossum, un castor ou un lapin, c'est un peu con comme animal, quand même). On retrouve ce fameux "style andersonien" qui consiste à filmer la plupart du temps ses "personnages" face caméra, à plat, comme si le type avait beaucoup de mal avec la profondeur de champ - et de la pensée ? (roh, ne me faites pas dire ce que...). On est donc dans un bon vieux manichéisme de base et seul le rat un peu pervers (interprété par... mais oui, Willem Dafoe, bravo - c'est un casting Disney) ferait presque plaisir à voir - mais, il meurt, justement, comme par hasard.. comme un rat, d'ailleurs. Sans avoir la dent trop dure, c'est divertissant un moment avec les quelques pointes finaudes d'humour à froid - chouette animation également, notamment dans celle des gros plans (beaucoup moins réussie sur les plans d'ensemble) et les pitits effets de fourrure -, c'est, dans le fond, simple comme bonjour (alors là, eux, ce sont les méchants, tu vois) et c'est, au final, loin d'être fantastique. Du Wes Anderson, quoi, classique.   (Shang - 24/02/10)

zz581bf41f


Complètement d'accord avec mon éminent camarade. Pas grand-chose à ajouter à son désintérêt, puisque le film est à peu près privé d'intérêt lui-même. Je n'ai jamais compris ce statut d'auteur culte qu'on fait revêtir à Anderson, et si Fantastic Mr Fox est à tout prendre son meilleur film depuis longtemps, il n'en reste pas moins terne et mollasson. J'ai bien aimé pourtant la technique, cette animation à l'ancienne qui rappelle (une fois encore, me dira-t-on) la grande époque de Starewitch ou de Svankmajer. L'image-par-image donne à la fourrure des personnages, ou à l'herbe dans les champs, une formidable texture artisanale à l'ancienne, un peu comme dans le premier King-Kong : on sent les petits doigts des marionnettistes qui ont patiemment sculpté tout ça, c'est très joli. L'aspect "poupée" est magnifique également dans ces plans d'ensemble que j'ai trouvés, contrairement à Shang, adorables par leur amateurisme assumé.

fantastic_mr_fox2

Pour le reste, franchement ça manque de piment, c'est fade comme tout. Ni drôle ni profond, le film déroule sa trame sans intérêt sur un rythme poussif qui devrait endormir la plupart des jeunes spectateurs à qui il s'adresse. C'est manifestement un film pour très jeune public, le manichéisme binaire relevé par mon camarade étant effectivement poussé à bout. Les personnages ne sont pas attachants (et les voix des acteurs américains sont pour beaucoup dans cette sorte de froideur statique et désincarnée), les situations jamais intéressantes ou tendues. En gros, on ne tremble jamais devant le danger, on n'applaudit jamais aux instants de bravoure, se contentant d'assister à un (auto?)portrait d'enfant délaissé par son clan et sa famille, qui ne porte vraiment pas loin. Le petit renard légèrement "geek" abandonné au profit de son cousin brillant, mouais, c'est intrigant sur les premières minutes ; mais Anderson construit tout là-dessus, et sur la trahison du paternel quant à ses responsabilités familiales, et on aurait aussi aimé un peu d'aventures, de rythme, d'énergie. Là, c'est comme si tout était vu de derrière une vitre, étouffé, sans relief (le son est d'ailleurs bizarrement lointain, et les couleurs souvent en demi-teintes automnales). Anderson, décidément, c'est sans moi.   (Gols - 04/03/10)

fantastic_mr_fox_2