29635_1

Avant dernier épisode - pour ne pas dire le dernier "de l'époque", le vingt-sixième opus survenant 16 ans plus tard - d'une assez belle sobriété, tout en retenue et en sagesse à l'image des rouflaquettes grisonnantes de notre héros aveugle, avant un final tonitruant qui a comme un arrière-goût de riz à la sauce tomate... Zatoichi revient donc à la maison-mère et n'a malheureusement d'autres choix que de se recueillir sur la tombe de sa nourrice, morte cinq plus tôt. Il croise dans le village de son enfance une "soeur de lait" toute crémeuse avec laquelle... ben nan, le gars ne sait toujours po conclure, et surtout deux personnages qui vont le faire progressivement bouillir : le gouverneur qui truande les paysans avec sa maxi-dosette de riz (l'impôt local) pipée et un ami d'enfance du Zato, Shindai (Eiji Okada "le gars qui a vu Hiroshima", vivivi...), un type qui a fait fortune en étant complètement pourri jusqu'à la moelle. L'antithèse en quelque sorte de notre Zato, type sans richesse mais aux principes droits comme un sabre.

29635_3

Belle séquence de recueillement pour notre homme qui arrose la tombe de sa nourrice avec douze litres de sake - il sait à quel sein il a têté, le bougre - et jolie scène tout autant apaisée dans la semi-pénombre avec Omiya, cette soeur de lait à laquelle il demande l'autorisation de toucher les lèvres : la seconde érotique ? A peine, puisque Zatoichi, en tâtant ses lèvres, tente de retrouver la douceur du sein nourricier. Il ira po plus loin, aussi manche que sa canne d'aveugle. Avant de régler leur compte aux deux hurluberlus qui exploitent le village, Zato va faire la connaissance d'une bande de quatre zazous sortis tout droit d'un clip des Beatles - les cheveux longs jusque là -, quatre gaziers accompagnés d'une Yoko Ono vintage. Ils suivent notre aveugle au départ pour lui faire un sale coup mais, sous l'influence de Yoko qui va sauver la vie à Zato, ils vont devenir de vrais potes. Zato, après une malencontreuse chute dans un marais, va en sortir, avec l'aide de Yoko, couvert de boue telle une créature d'un sale lagoon, et va s'attaquer tel un Golem nippon à tous les types à la soldes des deux enfoirés du village. Cela en fait un paquet et le final nous réserve notre lot de coups de sabre fatal : ça commence caméra à l'épaule dans un grenier à riz et, progressivement, au son produit par l'écoulement des grains de riz qui s'échappent des sacs percés va se substituer celui des gargouillements de sang qui s'écoulent des gorges tranchées. Sans pitié le Zatoichi ? Si le gouverneur ou le gros porc de parrain local se retrouvent rapidement avec un bout de fer dans les os, le masseur aveugle semble vouloir épargner son ami d'enfance comme si le type était la dernière chose qui le rattachait à son enfance : belle séquence dans un brouillard très esthétique où l'on voit Zatoichi, derrière ses yeux mi-clos, tenter de retrouver l'image du passé. Son ami d'enfance tient la chance d'en réchapper à moins de faire un faux pas... Hum.

zato25d

Zatoichi va-t-il enfin poser sa valoche Samsonite et couler des jours tranquilles auprès de cette doucereuse soeur de lait qui a bien tourné ?... Penses-tu, ce type de taff, redresseur de tort, c'est un boulot à plein temps où il n'est jamais question d'une quelconque retraite. Un destin tout tracé et inévitable de la même façon que c'est par un étrange coup de sort qu'il a décidé de rester dans ce village : bien décidé à partir après l'hommage rendu à sa nourrice, son vêtement reste coincé dans le montant de la porte et notre homme de s'attarder pour jeter un "ultime coup d'oeil" à la situation. La suite, on la connaît, ce sera hémoglobine and co. Un pénultième opus très maitrisé où l'on retrouve un Zatoichi tour à tour homme de coeur mais aussi capable de piquer de grosses colères face aux injustices... Basique mais toujours aussi solide (l'épisode de la série comme l'homme...). 

Zato25e