Petit film roumain sans prétention qui tient la route par la simplicité de sa trame narrative et la spontanéité du jeu de ses acteurs. Muntean filme en longs plans séquence l'histoire d'un jeune adulte qui, le temps d'une longue soirée, replonge au (bon?) temps de son adolescence qu'il vient pourtant à peine de quitter. Sans chercher la belle image ou le symbolisme à tout crin (seule la dernière séquence fait écho à la première, avec cette petite thématique d'être toujours "en construction", comme dirait le gars Guérin), le cinéaste colle aux basques de ce Boogie qui laisse sa femme en plan, avec le gamin sur les bras, le temps d'une soirée entre "vieux" potes perdus de vue (et sûrement po revus de sitôt): discussions jusqu'au bout de la nuit, alcool qui coule à flot, cigarettes fumées après avoir définitivement arrêté, jeune pute partagée, bref tout ce qui fait que les hommes resteront, en bande, d'indécrottables mâles...

19101518

Tout commençait pas trop mal avec cette journée, sur la plage, un premier mai : Boogie, qui, on l'apprendra par la suite, a l'air de passer beaucoup de temps au taff, prend enfin un peu le temps pour jouer avec son gamin et pour prendre un faible rayon de soleil auprès de sa femme qui a un petit bidou- un second gamin est 19120452déjà bien en route. Images d'Epinal qui s'obscurcissent une première fois quand Boogie décide de faire trempette - sa femme n'apprécie guère, ben ouais, c'est comme ça, parfois... - puis, une seconde fois, quand il décide de passer la soirée avec deux anciens potes juste après en avoir rencontré un, par hasard, au retour de la plage. Madame fait un peu la tronche, forcément - sympa le petit week-end paisible -, rentre avec le gosse à l'hôtel, puis en rajoute une couche - elle lui sort un peu ses quatre vérités - quand le Boogie rentre un peu plus tard. Ce dernier renfile son jean et part finir la nuit avec ses deux potes partis en goguette. Longue discussion sur la situation de chacun, les plans foireux, les souvenirs qui traînent... On se parle comme si on ne s'était jamais quittés, on regrette bien sûr de ne plus être en contact, on fait des plans sur la comète et le lendemain... ben chacun reprend sa route comme si de rien n'était, le Boogie retrouvant, après avoir "déconné", son petit cocon familial; une nuit pour enterrer une bonne fois pour toute sa jeunesse, une nuit avec son petit lot de faiblesses et d'égoïsme purement masculins... Mais à quoi bon juger... Certains plans tirent un peu "en langueur", certes, la mise en scène est bien pépère, mais le film possède une réelle authenticité qui a son charme. Muntean ne va pas révolutionner le cinéma roumain, mais livre un film attachant sur le passage (définitif ?) à l'âge adulte qui ne peut que trouver des échos au sein du spectateur lambda. Rien d'exceptionnel, nan, mais une vraie sincérité...