01292009_lectricchair4Eh bien voilà encore un court assez déjanté de l'ami Guy (visible en cliquant ). Isabella Rossellini, rêveuse éveillée, est en route pour la chaise électrique où elle est ensuite solidement harnachée. Puis l'on assiste à une véritable débauche d'énergie (sous les yeux du démiurge Edison ?) dans ce salon avec pianiste virtuose, esthète mâle "roulant des mécaniques", danseur de claquettes relié à des fils électriques, jeunes filles à peine vêtues qui se la donnent et se trémoussent comme sur une piste de danse improvisée... et pendant ce temps-là, un type semble vouloir venir à la rescousse en grimpant comme en dingue - finissant même par ramper - des escaliers qui n'en finissent po... Le final est... électrique. C'est toujours aussi barré, le montage ultra rapide faisant exploser les watts. Un petit mot de Maddin lui-même sur son projet : «Je voulais que le décor ressemble à un salon. Une chaise électrique dans un salon. Comme si Thomas Edison avait convaincu l'Amérique que tout le monde devrait avoir une chaise électrique, peut-être pour juger des membres de la famille qui auraient commis des crimes domestiques.» Voilà, à chacun de se faire une idée sur cette oeuvre caustique avec une petite odeur de soufre... Le centre Pompidou est actuellement en train de passer "l'intégrale" de Maddin (apparemment, le reste de sa filmo (voire odyssée ici) est donc invisible...) et n'hésitez point à vous y précipiter si vous êtes dans le coin. Je suis personnellement un peu loin...

Mad de Maddin : clique