vlcsnap_1070388vlcsnap_1070684

Browning se remake himself, puisqu'il s'agit de la version parlante de London after Midnight. Bien qu'il ne subsiste que des petits bouts de ce dernier, les décors gothiques et la présence de Lon Chaney plongeaient l'ensemble dans une bien troublante atmosphère fantastique. Je dois avouer que j'ai eu par contre beaucoup de mal à rentrer dans cette version : il y a certes la présence (assez fugace) de Bela Lugosi avec un bel impact de balle à la tempe, de Luna son assistante qui sort direct de la maison Adams, aussi en forme que si elle était coachée par Domenech, de Lionel Barrymore qui conduit l'investigation (il est pas vraiment servi par son entourage, au niveau des acteurs...) ainsi qu'une bien jolie photo très contastée. Au rayon des animaux qui font peur, on retrouve un hibou, des chauve-souris, un nuage de pitits cafards, toujours la fameuse grosse araignée en plastoc et une chauve-souris de studio qui bat joliment des ailes; plus surprenant la présence d'une grosse fouine au museau menaçant et surtout d'un lévrier afghan qui passe dans le cimetière - un squelette avec de longs poils, c'est pas idiot, faut reconnaître. Je trouve ceci dit que l'ensemble est quand même bien poussif, sans invention aucune au niveau de la mise en scène, certains acteurs (le jeune couple Irena/Fedor...) ont un jeu à faire peur pour le coup, et, malgré le petit twist final, l'enchaînement de l'intrigue est terriblement pataud et dénué totalement de rythme. Bref, c'est court, mais j'avoue qu'à mes yeux ce Dracula-là est loin d'être le meilleur des films de vampire (admirez le chiasme antinomique... mouais)

vlcsnap_1069937vlcsnap_1069415