XXX_Film_iamwaiting

La collection Criterion exhume quelques perles noires des studios Nikkatsu et ce premier film de Koreyoshi Kurahara possède un charme évident. Bien aimé surtout toute la première partie du film : un type qui émerge dans la nuit, battant le pavé humide, pour aller poster une lettre; il croise sur les marches d'un quai, au bord de l'eau, une jeune fille, le regard perdu dans le vide. Drôle d'endroit pour une rencontre et le type, à la coule, de proposer à la fille de venir se requinquer dans son propre petit bar. Cette dernière lui livre petit à petit son histoire, elle est persuadée d'avoir tué un type un peu trop entreprenant en lui balançant un pot dans la tête... Notre gars de lui proposer de passer la nuit et la journée suivante dans son bar en attendant d'y voir plus clair.

i_am_waitingwatching3_

Kurahara nous livre peu à peu les clés secrètes de nos deux jeunes gens (lui, ancien boxeur qui a tué un homme lors d'une rixe rêve de faire sa vie ailleurs en allant rejoindre son frère au Brésil - il est malheureusement sans nouvelle de ce dernier depuis un an, son départ en fait; elle, ancienne chanteuse qui a perdu sa voix, pousse la chansonnette dans un cabaret borgne). Ils ont tout pour oublier ensemble leurs blessures du passé, mais notre gars semble bien trop désillusionné à propos de tout pour laisser une chance à cet amour qui ne demande qu'à naître. Notre jeune fille est fortement désappointée par l'attitude tristoune du jeune gars; ça se complique un poil quand les types du cabaret retrouvent la trace de la fille et remettent la main dessus. Kurahara est relativement inspiré pour filmer son héroïne (lumineuse Mie Kitahara) et pour mettre en scène cette atmosphère dépressionnaire où perce par instant le petit sourire de la jeune femme.

i_am_waitingwatchig4_

Quand la jeune femme retrouve penaude son cabaret, notre ancien boxeur se met sérieusement en quête de son frère. Il retrouve sur sa route la bande de petits malfrats qui s'occupent justement de ce bar glauque... Un jeu de piste rythmé par diverses bastons (les chpinnnioung des bruits des coups sont souvent dix fois plus impressionnants que les combats eux-mêmes), une seconde partie un peu moins romantique, certes, mais pleine de vigueur; l'on sent que notre héros, si paisible au début du film, retombe peu à peu dans l'ornière de la violence. Seule la fille pourrait encore lui offrir une chance de salut... Etonnante maîtrise pour une première oeuvre et quelques très beaux moments dans ce flirt entre deux personnes désabusées qui ont bien du mal à espérer en une seconde chance. Belle petite trouvaille nipponne dans le genre. 

i_am_waitingwatching1_