joibaba1

Sympathique comédie policière qui ne mange pas de naan du père Ray. Malgré une image couleur vintage parfois un peu délavée ou capricieuse - tiens, c'est tout fuchsia là - j'exagère un poil -,  on prend un certain plaisir à suivre les traces de l'inspecteur Feluda qui enquête sur la mystérieuse disparition d'une statue de Ganesh. Alors en vacances dans la cité de Varanasi (Bénarès, pour les cinéphiles voyageurs), il décide de résoudre cette énigme pour le plaisir avec ses deux acolytes de voyage (un écrivain de roman policier moustachu et un jeune assistant qui sourit tout le temps et joue comme une pantoufle), nous promenant aux alentours du Gange ou dans les petites rues étroites de cette ville qui fourmille de temples. On sent bien que chaque petite déclaration d'un éventuel suspect risque de prendre tout son sens au final - c'est parfois même un peu téléphoné - mais on se prend pas trop la tête sachant de toute façon que l'inspecteur Feluda passe son temps à cogiter : on lui fait confiance et on se repose volontiers sur lui pour résoudre ce pastis.

joibaba2

Plusieurs personnages plus ou moins farfelus viennent se greffer sur la trame : un petit gamin lecteur de Tintin qui se prend pour un super héros (gentillet), un grand-père fan de roman policier et de Sherlock Holmes en particulier (la culture occidentale, on a beau dire, on est au taquet), un culturiste qui passe son temps à exhiber ses biceps avec un sourire concon (il est à la culture physique ce que Feluda est au monde de l'esprit, on voit bien le parallèle), un trafiquant d'oeuvre d'art super louche qui sert des sorbets au citron sur lesquels je passerais mon tour, un soi-disant gourou pas très clair (il y aurait une petite critique du foutage de gueule de certains de ces "saints" que cela m'étonnerait guère - sans parler des deux comparses du détective grimés comme des clowns sur la fin qui font de ridicules bruits de bouche...), un vieux lanceur de couteau tout perclus (le trait est un peu forcé... mais bon)... Bref tout cela pour dire que cela manque quand même cruellement de personnages féminins (...) mais on prend tout de même son mal en patience pour suivre les méandres et l'élucidation de cette enquête. Ray nous livre au passage quelques belles séquences finement montées - la marche-poursuite entre le détective et le faux-gourou, superbe mise en valeur de la ville -, c'est gentiment divertissant et intelligemment mis en scène mais définitivement un ton au dessous de ses plus brillantes réussites (Le Salon de Musique, Charulata, La grande Ville, Abhijan...).

protectedimage