6a00e5523026f58834010535ec14c7970b_800wi

Un petit couple assez trognon (bien aimé le petit minois de Sally Eilers, pleine de peps) qui tente de joindre les deux bouts - on est en 1931, pas la période la plus olé olé - malgré de petits problèmes de communication au sein de leur nouveau ménage. Borzage tente de cerner au plus près la vie quotidienne de ces deux individus de classe bien moyenne et malgré les multiples discussions entre les deux tourtereaux - on fait pas dans la demie-mesure au niveau des dialogues en ces débuts du parlant -, leur envie de faire plaisir à l'autre tourne finalement un peu au dialogue de sourds.

bad_girlPDVD_004_

Eddie (James Dunn) rêve d'avoir son propre magasin pour vendre des radios. Cette rencontre imprévue avec la chtite Dorothy (Sally Eilers) bouleverse un peu ses plans. Cette dernière habite chez son frère qui n'est po du genre à rigoler avec les sorties de sa soeur. Les deux amoureux, après une première nuit passée chez l'Eddie à roucouler, discutent le bout de gras pendant deux heures en bas des marches de l'escalier de Dorothy - sûrement le décor le plus utilisé dans le film... - avant de prendre une décision à la volée : pas de problème, ils vont se marier et se faire un petit nid pour eux - on est d'accord, nous, a priori. Seulement, ni une ni deux, à peine installée, la chtite Dorothy tombe enceinte et n'ose l'avouer à l'Eddie pour ne pas contrarier son ambition. Elle lui annonce qu'elle veut reprendre son taff mais celui-ci est un gars de la vieille école, il n'en est point question. Il interprète ce souhait comme une volonté de changer de demeure et met toutes ses économies dans une immense baraque. Il en fait la surprise à sa femme mais cette dernière reste de marbre (dans le genre méga surprise qui tombe à plat), n'ayant encore osé avouer son lourd secret. Quand l'Eddie l'apprend enfin, il se met en quatre pour trouver l'argent pour payer le meilleur docteur : on assiste à une scène un peu surréaliste, retrouvant notre Eddie sur un ring de boxe - c'est rare les vendeurs de radio boxeur, nan? Comme il rentre à point d'heure, Dorothy pense que l'Eddie ne souhaite point avoir cet enfant et la trompe... Diable. Du coup, après avoir accouché, elle décide de quitter cet individu po honnête - tu parles d'un malentendu, toi! La fin est pliée en deux trois mouvements et nos deux jeunes se réconcilient tout à leur joie d'être jeunes parents et de voir l'autre heureux. Ah. Même si la chtite Sally Eilers fait preuve d'un bon abattement dans la première heure du film - après, elle est surtout au lit - et que l'histoire est bâtie sur un bon rythme, on reste quand même un peu sur sa faim, le happy end tombant notamment un peu de façon abrupte. Pour ce qui est de la Bad Girl du titre, on reste tout autant un peu perplexe (elle savait po, savait po...) C'était sûrement mieux pour l'accroche.

à l'aborzage ! clique